Grossesses à risque : une maman veut faire changer la loi

CC Stephen Mitchell

Valérie Loreaux, qui vit à Arlon, est maman d’une petite fille de deux ans. Elle nous raconte dans une lettre : « Ma fille est née au terme de ce qu’on appelle une « grossesse à risque » : j’ai été mise en incapacité de travail à sept mois de grossesse. » Valérie Loreaux a passé les deux derniers mois allongée pour mener sa grossesse à terme. À six semaines de la date présumée de son accouchement, elle reçoit un courrier de sa mutuelle la prévenant qu’elle a commencé son congé de maternité. « J’ai cru à une erreur de leur part ! », raconte-t-elle. « Vous devez vous tromper, leur répond-elle, je suis en incapacité de travail, je n’ai pas encore accouché ! »

Mais la mutuelle ne se trompait pas. Les incapacités de travail qui surviennent dans les six dernières semaines avant l’accouchement sont automatiquement converties en congé de maternité. Conséquence de cette règle : le congé de maternité postnatal est réduit pour les femmes qui ne sont pas en capacité de travailler jusqu’à sept jours avant leur date d’accouchement. « C’est inhumain ! », déplore Valérie Loreaux, qui aurait dû reprendre le travail neuf semaines après l’accouchement. Certes, depuis 2009, une semaine de repos postnatal supplémentaire est offerte aux femmes concernées, mais cela reste trop court : après l’accouchement, elles doivent retourner à leur activité professionnelle quatre semaines plus tôt que les autres.

En se renseignant sur le sujet, Valérie Loreaux réalise que de nombreuses femmes se résignent à aller à l’encontre d’un avis médical leur recommandant d’arrêter le travail, afin de préserver la durée de leur congé de maternité… Ce qui peut avoir des conséquences sur leur santé et celle de leur enfant. Cette règle semble bien représenter une discrimination, et aller à l’encontre de plusieurs directives européennes qui protègent les femmes enceintes. Révoltée, Valérie Loreaux a lancé il y a un an une pétition en ligne qu’elle adresse à Maggie De Block, ministre de la Santé. Cette pétition est toujours d’actualité : deux propositions de loi de l’opposition (cdH et PS), allant plutôt dans le bon sens, ont été déposées à la Chambre. Sans majorité pour l’instant, elles ont peu de chance d’aboutir, mais la pression citoyenne peut faire une différence : 2018 est une année électorale…

« Une maman voudrait changer les règles du congé de maternité » : voir la vidéo de RTL Info.

Share Button