Kadhja Bonet, chanteuse soul intergalactique

La Californienne Kadhja Bonet sort The Visitor, un premier album magnifique et onirique dans lequel on se laisse dissoudre, en plongée dans ses mélodies sans âge. Sa voix est un berceau. Ses instruments – tous dirigés avec une très grande virtuosité – sont des passeurs de rêves. Bref, on plane. Pas étonnant : Kadhja Bonet dit d’elle-même qu’elle est née sur le siège arrière d’une capsule spatiale verte faite d’écume de mer. Tout s’explique. Son talent et son inspiration sont aussi intergalactiques que les voyages dans l’espace qu’elle a effectués alors qu’elle était enfant, entre différentes planètes de notre système solaire.

Voilà pourquoi on gagne un peu d’éternité à écouter les titres Honeycomb (l’ouverture de l’album, qui évoque à la fois le plaisir parfait d’une cuillère de miel et la réincarnation de James Bond en héroïne féminine), Fairweather Friend ou encore Portrait of Tracy (dans lequel on sent l’influence de l’enfance de Kadhja Bonet, qui a grandi sans savoir qu’il existait autre chose que la musique classique).

En parlant des femmes, la musicienne de 28 ans confie à la journaliste du site Les Jours  : « On est élevées de manière à ce que notre voix ne dépasse jamais celle d’un homme, à ce qu’on soit obligées de demander le droit de penser par soi-même. » Après une traversée de l’univers, Kadhja Bonet s’est octroyé le droit de créer, d’inventer paroles et musique, d’enregistrer les voix et les cordes, de produire The Visitor, cet album sublime, tout ça toute seule. En authentique déesse. (S.P.)

The Visitor, Kadhja Bonet, Fat Possum – Pias 2017 • http://kbonet.com

Et un dernier pour la route.

Share Button