«Grandir dans un aquarium trop petit» : ce que le racisme fait aux enfants

Par Hors-série N°205-206 / p. 40-42 • Janvier-février 2018 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Cela peut paraître choquant et pourtant c’est une réalité : en Belgique, des enfants sont victimes de racisme. Les femmes qui témoignent ici, en leur nom ou pour leurs enfants, ont passé leur enfance ici, tout en ayant aussi des racines du côté du Burundi, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de l’Iran, du Maroc ou encore du Sénégal. Le racisme a laissé dans leur vie des cicatrices profondes.

Noémie, quand elle était petite fille, avait construit dans sa tête une solution pour combler ces deux absences. « J’avais imaginé un pays métis où je pouvais aller, sans me sentir différente des autres. » (D.R.)

« Ilyas, mon fils, était en maternelle. Un jour, son institutrice vient me trouver et me dit qu’il a un « problème avec l’autorité féminine » et qu’il faudrait peut-être voir du côté de la famille d’où ça vient… C’était clairement une allusion aux stigmates qu’on applique aux Arabo-musulmans », nous raconte Ada. Elle est maman d’un petit garçon de quatre ans qui, parfois, fait des bêtises, comme un enfant de quatre ans. Mais lorsque son institutrice enfile les lunettes du racisme, ce n’est plus un petit garçon qu’elle voit face à elle, c’est d’abord un « musulman », qu’elle étiquette et dont elle analyse le comportement à travers ses représentations stéréotypées.

Un conditionnement

Cela ressemble à l’histoire de Noémie. « Je devais avoir 13 ans, raconte-t-elle, je jouais au basket avec les filles avec qui j’ai grandi. Il y avait leurs parents. J’ai raté un panier et un papa a crié : « Eh, on n’est pas ici pour lancer des noix de coco ! » Cette personne-là, je la voyais tous les jours, elle me connaissait. Qu’est-ce qui lui est passé par la tête pour dire ça ? » À cet instant, ce papa ne voit pas la petite fille qui joue au basket. Il voit une « Noire », et son regard draine un imaginaire raciste, solidement ancré dans les mentalités. Cet imaginaire, les enfants y sont confronté·es dès le plus jeune âge…

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (4€)