Samba : « L’univers du carnaval est très masculin, il faut se protéger pour résister »

Par N°200 / p. 18-21 • Juin 2017 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Au Brésil, la samba fait partie de l’identité nationale. Alors que cette musique est née de la résistance des esclaves afro-brésilien·nes, la médiatisation a peu à peu relégué les femmes à des rôles secondaires. Mais aujourd’hui, à Rio de Janeiro comme à São Paulo, elles sont de plus en plus nombreuses à se battre pour reconquérir leur place.

L’histoire de la samba, née dans les faubourgs de Rio de Janeiro à la fin du 19e siècle, est intimement liée à la résistance des femmes afro-brésiliennes à l’esclavage et au racisme. Lavapes, la plus vieille école de samba de São Paulo, seule institution à avoir toujours été dirigée par des femmes, vient de souffler ses 85 bougies. © Archives personnelles de Rosemeire Marcondés.

Dans son petit appartement du quartier de Cambucci, dans le centre de São Paulo, la plus grande métropole du Brésil, Rosemeire Marcondés n’a pas encore fait le tri. Costumes en vrac, bouts de tissu, couronnes en papier doré… Trois mois après la fin du carnaval, au milieu du logement qu’elle partage avec son mari, ses quatre enfants et son petit-fils, les vestiges du dernier défilé occupent encore tout l’espace.

Rosemeire Marcondés est la présidente de lavapes, la plus vieille école de samba de São Paulo. L’institution, créée par Mãe Eunice, la grand-mère de Rosemeire, vient de souffler ses 85 bougies. Parfois surnommée « l’école des femmes », lavapes est la seule institution à avoir toujours été dirigée par des femmes. « L’univers du carnaval est très masculin, il faut se protéger pour résister », explique Rosemeire Marcondés en forçant un sourire. En effet, à Cambucci, Rosemeire Marcondés, visage dur et regard franc, est connue pour sa sévérité. Il faut dire qu’elle fait figure d’exception.

« Si on laisse la samba dans les mains des hommes blancs, elle va mourir », disait Mãe Eunice, fondatrice de lavapes et grand-mère de Rosemeire Marcondés. « Quand je manque de motivation ou que j’ai envie de baisser les bras, je me rappelle à quel point c’était une battante, une précurseure pour son époque », confie Rosemeire Marcondés. © Élise Moutarlier

Absentes des postes de pouvoir

Mondialement connu pour ses impressionnantes danseuses et leurs costumes flamboyants, le carnaval est avant tout une compétition où les écoles de samba s’opposent avec l’espoir de décrocher le titre de championne et les trois millions de réaux (870.000 euros) qui vont avec. Après une année de travail, chaque école doit, lors du défilé organisé au mois de février, aligner entre 400 et 1.000 personnes réparties entre un groupe de danseurs et danseuses, une fanfare, plusieurs chars allégoriques, des chanteurs et chanteuses.

Selon les données de la Liga, l’organe qui régit l’événement, 51,70 % des membres des écoles de samba sont des femmes. Mais si elles sont nombreuses à défiler, elles sont quasiment absentes des postes de pouvoir au sein des écoles. Lors de l’édition 2017, à peine 3 des 80 écoles des carnavals de Rio et São Paulo étaient dirigées par des présidentes, dont Rosemeire Marcondés. C’est à la mort de sa grand-mère, en 1995, qu’elle a pris la direction de lavapes…

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)