Gambie : Toufah Jallow se lève contre les violences sexuelles

Par Hors-série N° / p. 46-48 • Juillet-août 2021 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Fatou (“Toufah”) Jallow, ex-miss Gambie, a osé témoigner contre l’ancien président gambien Yahya Jammeh qu’elle a accusé de viol. Depuis sa prise de parole publique il y a deux ans, la jeune femme a été propulsée sur le devant de la scène, devenant ainsi le visage du féminisme dans son pays.

Toufah Jallow : "C’était important pour moi de raconter mon histoire, parce qu’une histoire non dite est une histoire inexistante." © The Toufah Foundation

Si Toufah Jallow est aujourd’hui la figure majeure de la lutte contre les violences sexuelles en Gambie, c’est parce qu’elle est une survivante de viol qui a décidé de prendre la parole et de mettre des mots sur ce qu’elle a subi et la peur permanente dans laquelle elle vivait. Celui qu’elle dénonce comme violeur n’est autre que l’ex-président Yahya Jammeh. Longtemps restée dans le silence, c’est à la faveur de la chute de ce dernier en 2017, après 22 ans au pouvoir, qu’elle a pu s’exprimer et dénoncer ces violences.

Pouvoir, viol, résistance

En 2014, alors étudiante en art dramatique, elle est couronnée à l’âge de 18 ans miss Gambie, le principal concours de beauté du pays, organisé par l’État et dont la récompense devrait être une bourse d’études à l’étranger. “Ce concours ayant été présenté comme une opportunité d’avoir une bourse d’études, mon objectif était de l’obtenir, c’est pour cette raison que j’y ai participé”, nous raconte Toufah Jallow.

Mais à la place de la bourse d’études promise, elle subit des avances du président de la République. Il la fait venir plusieurs fois au palais présidentiel sous prétexte de travailler sur son projet de société – la lutte contre la pauvreté. Il les couvre de cadeaux, sa famille et elle, avant de lui dévoiler ses réelles intentions, allant jusqu’à lui demander de l’épouser. Une proposition que la jeune femme décline. Profitant d’un événement public organisé au palais en mai 2015, Yahya Jammeh l’entraîne dans une pièce à l’écart et la viole. Il lui aurait alors lancé “Pour qui te prends-tu ? J’obtiens toutes les femmes que je veux”, a raconté Toufah Jallow devant la Commission vérité, réconciliation et réparations (“Truth, Reconciliation and Reparations Commission” ou TRRC) mise en place afin de faire la lumière sur les exactions commises sous la présidence de Yahya Jammeh.

La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (3.00€)