Diariata N’Diaye, créatrice d’une appli qui aide les femmes victimes de violences

Par N°220 / p. 12-18 • Juin 2019

Depuis des années, Diariata N’Diaye, slameuse française, sensibilise le jeune public sur les violences faites aux femmes. Elle a également créé une application solidaire, déclinée en bracelet connecté.

Diariata N'Diaye - D.R.

Cette interview fait partie du dossier du n° 220 intitulé « Le futur digital se joue-t-il sans les femmes ? »

Tu commences à être connue en France, moins en Belgique… Peux-tu te présenter ?

« Je suis une « artiviste », une artiste engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes. J’utilise mon art pour cette lutte car je suis d’abord slameuse. Je joue deux spectacles de slam depuis 10 ans devant un jeune public. Ces spectacles me servent de support pour aborder le thème des violences. C’est en recueillant des témoignages spontanés que j’ai compris l’ampleur de ce qu’il y a à réaliser, à quel point ça commence tôt. 81 % des victimes de violences sexuelles les ont subies avant l’âge de 18 ans. En 2015, j’ai créé Résonantes, un site d’information et de sensibilisation. Je me suis dit qu’il fallait des outils spécifiques pour ce public spécifique qu’est la jeunesse. Le slam marche bien, l’exposition qui va avec aussi. »

Tu as ensuite pensé à une application de téléphone, « App-Elles »…

« Il fallait répondre aux problématiques des victimes avec leurs outils à elles. Elles n’appellent pas la police. Ce n’est pas le réflexe qu’on a quand il nous arrive quelque chose : on appelle des amis, ses parents… Alors je me suis dit qu’il fallait que ce soit sur ce qu’on a tout le temps avec soi, un téléphone. Et pourtant, le numérique, au début, ce n’était pas du tout mon truc ! Et en 2015, on était un peu des ovnis avec notre projet d’application, il a même fallu convaincre des associations ! Nous voulions créer un outil qui corresponde à tout le monde. Des personnes ont téléchargé App-Elles pour être rassurées dans l’espace public, d’autres parce qu’elles sont victimes de violence et en cours de séparation. L’application n’est pas faite pour les femmes en grand danger, car dans les cas les plus extrêmes, leur téléphone est sous contrôle de la personne violente. On a conscience des limites de l’appli. »

Comment fonctionne-t-elle exactement ?

« D’abord, il faut savoir qu’elle peut être « cachée » sur le téléphone, sous couvert d’un autre logo d’application. L’application a trois fonctionnalités. Elle a d’abord un système d’alerte, qui permet de prévenir trois personnes de votre choix, préalablement prévenues, car elles aussi doivent avoir l’appli sur leur téléphone. Une fois l’alerte déclenchée avec un appui long, l’application enregistre ce qui se passe. Cela peut servir lors de procédures pénales par exemple. L’application vous géolocalise également. On s’est engagés auprès de la commission « informatique et libertés » à préserver la vie privée des utilisatrices, et les données enregistrées qui ne leur sont pas utiles disparaissent de nos serveurs après 15 jours. L’application a aussi une fonction « En parler », qui centralise tous les services utiles sur votre territoire, et enfin la fonction « S’informer », avec des renseignements sur les violences et des conseils aux victimes. L’idée, c’est que cela soit simple, et que cette application devienne un réflexe. Elle est gratuite et téléchargeable sur Apple et Android dans une dizaine de pays, dont la Belgique. En France, on compte déjà plus de 8.000 téléchargements, et 10 % vont sur l’appli chaque mois. »

D.R.

Pour les moments où on ne peut pas attraper son téléphone, tu as aussi créé un bracelet connecté.

« Le bracelet n’est qu’un accessoire de l’application. Il plaît bien aux joggeuses, d’ailleurs. Et il suscite un véritable intérêt des pays d’Amérique du Sud : le Chili en a commandé 200 ! La problématique des violences faites aux femmes est la même partout. Par exemple, les médias américains nous ont donné beaucoup de visibilité. Aujourd’hui, notre objectif est de faire connaître au maximum cette application à l’international et de la rendre adaptée à chaque pays. D’ailleurs, si les autorités ou des associations veulent bosser avec nous, qu’elles n’hésitent pas à nous contacter. »

Tu disais que la technologie, ce n’était pas ton truc : comment as-tu réalisé tout cela ?

« Dès le début de l’idée, je me suis entourée d’un chargé de projet digital. Mais l’aventure a commencé par de l’autofinancement, puis s’est poursuivie grâce à du mécénat de compétences. C’est très cher de faire une application comme celle-ci. »

Tu as aussi gagné des prix…

« Oui, plusieurs prix. J’ai également reçu les insignes de « chevalier de l’Ordre National du Mérite » en avril dernier. Mais la technologie d’alerte de l’appli nous a surtout valu un « innovation award » au CES, à Las Vegas. En 2018, nous étions juste invités comme partenaires, mais cette année, nous étions dans la sélection « business France » parmi 26 start-up françaises. »

Au CES, c’était comment ?

« C’est un monde parallèle, hyper speed. Mais, paradoxalement, comme les gens sont là pour montrer leurs nouveautés, ils savent se rendre disponibles. Là-bas, tu peux avoir accès à des gens qui sont inaccessibles le reste du temps. Tu vas y trouver un paquet de choses qui déboîtent et… un tas de trucs inutiles ! Et puis, Vegas, pour quelqu’un comme moi, engagée et féministe, c’est très étonnant. C’est une ville qui a été pensée par et pour les hommes. »

Comment as-tu vécu le mouvement #MeToo ?

« Je me suis dit cool, enfin ! Je ne pensais pas être témoin de ça. Tout ce travail qu’on mène depuis dix ans et là, enfin, une prise de conscience généralisée… C’est positif, ça nous fait gagner du temps. App-Elles est née en 2015, avant #MeToo. Mais depuis, certaines personnes voient aussi ça comme un marché, avec des trucs payants. Le numérique ne peut pas être un outil supplémentaire d’oppression des femmes. »

C’est quoi la suite ?

« Continuer à faire avancer la lutte par le biais de l’éducation en direction des jeunes publics. Je continue mes actions de sensibilisation. Faire une nouvelle version du bracelet. Et aussi trouver d’autres moyens de déclenchement plus discrets qu’un bracelet. »

Des applications pour la sécurité des femmes

App-Elles : l’application de référence, qui s’appuie également sur le travail des associations.
HandsAway : cette application française permet de poster des alertes géolocalisées après une agression sexiste, de mobiliser des soutiens et d’informer le public. La version belge de cette appli, c’est Touche pas à ma pote, de l’association belge du même nom, spécialisée dans la sensibilisation contre le sexisme et la lutte contre le harcèlement de rue.

Share Button