Nathalie, mère célibataire : « C’est un combat permanent »

Par N°219 / p. 12-18 • Mai 2019

Depuis la séparation de Nathalie avec le père de ses deux enfants, son parcours montre la cruelle absence de politiques ciblées sur les besoins des mères, pourtant majoritaires dans les familles monoparentales : violences, petites et grandes, s’accumulent.

Nathalie vit avec ses deux enfants (ici, avec sa fille Eva). © Paul-Henri Verlooy pour axelle magazine

Cet article est un complément au dossier du n° 219, Mères monoparentales, entre précarité sociale et financière : rencontre avec l’asbl Hamac / focus sur le Service des créances alimentaires.

Quand le père de sa fille Eva n’arrive plus à cacher l’importance de ses dettes de jeu, Nathalie le met à la porte ; elle découvre au même moment qu’elle est enceinte de quatre mois, de son second enfant. Pour se protéger, sur les conseils de son avocate, elle demande le divorce par consentement mutuel. Il lui est un temps refusé, notamment au motif de « protection » de l’enfant à naître (qui n’a pas encore d’existence légale !) et parce qu’il n’y a pas séparation depuis au moins un an. Récemment, la quadragénaire a reçu un courrier de l’administration fiscale lui réclamant le paiement de dettes dues par son mari (dont elle est elle-même créancière), courant en partie sur cette période d’attente avant le prononcé de son divorce…

Elle va contester, évidemment, et ça devrait s’arranger, pense-t-elle. Mais pour contester, il faut de l’énergie. Elle n’en a plus. « Au quotidien, je suis tout le temps dans la logistique, dans l’anticipation. Et pour le reste, c’est un combat permanent. Physiquement, matériellement, une inquiétude permanente… »

Alors qu’une famille sur trois est une famille monoparentale et qu’une grande majorité est « mono-maternelle », les spécificités de la situation des mères en solo peinent toujours à être reconnues et intégrées à des mesures concrètes pour les soulager. Notons toutefois, début avril, le relèvement de 1.800 à 2.200 euros du plafond salarial permettant de bénéficier du Service des créances alimentaires, le SECAL, qui sera d’application au 1er janvier 2020 (voir notre dossier du n° 219).

Je me disais : ils vont travailler avec le père, établir un programme avec lui, ou lui fixer des objectifs… Rien.

Lors de l’accouchement de son fils, Nathalie sollicite une protection à l’hôpital ; le père a débarqué, a menacé. « Mais j’ai dû faire des démarches, demander au service social ; il faut déjà être au courant de tes droits », remarque-t-elle. La suite ? Parcours de médiation, rencontre des enfants avec leur père dans un des quatre « Espace Rencontre » de Bruxelles. Mais il arrive que le père ne se présente pas. Au bout d’un moment, l’équipe de l’Espace Rencontre décide d’arrêter le processus, « alors que j’avais passé des heures en entretiens, réunions, à faire le point… Je me disais : ils vont travailler avec le père, établir un programme avec lui, ou lui fixer des objectifs… Rien. » Ces prérogatives n’incombent pas à cette structure.

© Paul-Henri Verlooy pour axelle magazine

Parcours de la combattante

Vient ensuite une menace de rapt parental. Et des coups. Nathalie dépose plainte. Classée sans suite. Conséquence : la médiation s’arrête. « La fin de l’Espace Rencontre, l’arrêt de la médiation, ça signifie la fin des solutions encadrées et sécurisées pour que les enfants voient leur père. Un vide juridique, où rien n’est initié. C’est encore à la mère de demander. » Demander quoi ? Elle ne sait pas. « Mon avocate m’a demandé ce que je voulais. Comment savoir, quand on ne connaît pas les différentes options ? Ce que ça coûte, en termes de temps, d’énergie, d’argent, de compréhension du cadre juridique, personne ne le comprend… »

Suite à la proposition de l’avocate, Nathalie demande l’autorité parentale exclusive, sans être sûre de l’obtenir. Elle souligne combien il lui a été « compliqué de prendre cette décision de couper ses enfants de leur père. Ça prend du temps de réaliser que, s’il ne se conduit pas d’une manière décente avec la mère, il ne le fera pas non plus avec les enfants. C’est compliqué, aussi, parce qu’il s’agit d’une mesure violente symboliquement. » Le parent dessaisi de son autorité parentale perd la possibilité de prendre une quelconque décision pour son enfant. « Je fais mon travail de maman, je ne peux pas faire celui du papa ; un long chemin à faire dans ma tête… J’ai monté tout un dossier et obtenu cette autorité parentale exclusive. C’est une victoire ambivalente : je suis protégée légalement, d’une part. Mais d’autre part, il a fallu m’accorder que ce n’est pas moi qui prive mes enfants de leur père, mais que c’est la Justice qui a estimé le père défaillant et l’a objectivé. C’est ce que je peux raconter à mes enfants aujourd’hui. Je peux aussi leur dire que leur père est libre, s’il en a le désir, de retourner au tribunal pour changer la situation. »

Si le père n’a pas envie de se pointer le samedi matin, il ne vient pas. La mère reste avec l’enfant qui attend dans les escaliers.

Rien n’est pensé pour les mères seules. « Tu te démerdes, tu pousses les portes que tu peux pousser. Avec ce que l’on sait : que la pauvreté touche plus les femmes, que la séparation entraîne leur paupérisation… On connaît l’isolement qu’induisent les grandes villes, on sait que ça peut mener à de la maltraitance, que les mères sont au bord ou en burn-out… On sait tout ça ! », s’indigne Nathalie, qui enchaîne sur le droit de visite. « Droit » ? Elle voudrait plutôt parler de « devoir » de visite. « Si le père n’a pas envie de se pointer le samedi matin, il ne vient pas. La mère reste avec l’enfant qui attend dans les escaliers. » Pour construire une relation avec un enfant, ajoute-t-elle encore, il faut passer du temps avec lui, sans quoi les liens ne se tissent pas.

« Demander de l’aide peut devenir un danger »

Je dois comprendre le discours de chaque institution, voir jusqu’où elle peut m’aider ou se retourner contre moi.

Pas de mesure proactive pour les mères, donc. À l’inverse, une accumulation de petites violences quotidiennes, dont la stigmatisation. « Il faut devoir convaincre que ça ne va pas. J’arrive à un niveau d’épuisement tel que je me sens absente, parfois. Je n’ai pas demandé à élever mes enfants seule, mais je n’accepte pas de ne pas être au cœur du processus, et c’est fatigant de devoir se battre sur tous les fronts. » Nathalie parle ici de la proposition d’une pédopsychiatre qu’elle est allée voir pour faire évaluer Eva. Résultats positifs, mais la mère s’effondre devant la professionnelle. Qui lui propose, pour la soulager… de placer les enfants pendant deux mois ! « Demander de l’aide peut devenir un danger. Je dois comprendre le discours de chaque institution, voir jusqu’où elle peut m’aider ou se retourner contre moi. » Ou alors, « accepter de façon passive le fonctionnement de l’institution, sans le remettre en question, sinon tu en es exclue. »

Son ex-mari suit un programme de médiation de dettes. La pension alimentaire, minimale, est versée, mais les frais extraordinaires ? Pour toutes les dépenses qui ne sont pas quotidiennes (dont le père est censé payer la moitié), le SECAL estime que leur caractère ponctuel rend la démarche trop compliquée. Que fait la mère ? Pendant les vacances d’été par exemple, elle doit payer des stages pour faire garder ses enfants, des centaines d’euros… Ce qui l’amène à évoquer une autre problématique, suite à l’hospitalisation récente de son fils : « Qu’est-ce que je fais d’Eva pendant que je m’occupe du second ? » Et que les jours de congé maladie ou pour « raisons impérieuses » sont épuisés ? Trop d’absences au travail, cela ravive une inquiétude de Nathalie : que se passerait-il si elle venait à perdre son boulot ?

Fondamentalement, « qu’est-ce qui est mis en place autour de chaque enfant, quel qu’il soit ? », demande Nathalie. Et concrètement, pour les mères ? Ne serait-ce qu’en termes d’accessibilité et de centralisation de l’information ? Alors que l’on n’a pas abordé l’accès aux crèches, ni au logement…

Pour aller plus loin
  • L’asbl Hamac fabrique, à Bruxelles, un réseau de liens entre des familles monoparentales et des personnes qui ont envie de s’investir dans une relation avec un·e enfant. Un projet qui répond, à sa mesure, à un besoin criant. Nathalie, qui bénéficie de ce projet, forme un « binôme » avec Aurélia, 32 ans. Chaque dimanche, pendant trois heures, Aurélia rencontre Eva. Nathalie : « Je peux faire confiance, grâce au cadre du Hamac, très clair et très souple, et on construit les choses progressivement. Ça nous a donné de la force. » Reportage dans notre n° 219.
  • La Maison des parents solos, créée par la Ligue des familles, sera un espace d’accueil et d’écoute pour les familles monoparentales, et ouvre ses portes en ce mois de mai 2019 à Forest. Ce centre proposera un accompagnement social, juridique et psychologique par une équipe pluridisciplinaire. La Ligue des familles annonce également la création d’un site internet spécifique : www.parentsolo.brussels
  • La Région wallonne vient de mettre en ligne un portail qui met à disposition une série d’informations utiles pour soutenir et informer les familles monoparentales.
Share Button