Bien dans leurs fesses, les nanas de Cécile Dormeau

Par N°199 / p. 28-29 • Mai 2017 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Avec ses vignettes pleines d’humour et de poésie, la dessinatrice parisienne Cécile Dormeau, 28 ans, croque un univers haut en couleur où les femmes ont la vedette, et où courbes généreuses, poils et vergetures prennent leurs aises, sans complexes. Interview.

© Cécile Dormeau

Depuis quand dessines-tu ?

« Depuis toute petite. Mais à l’adolescence, j’ai commencé à faire beaucoup d’autoportraits dans lesquels je me représentais avec tous mes complexes parce que je détestais mon corps. Je me dessinais complètement poilue, ou avec un gros bide, ou je me moquais de mes seins. Il y avait de la haine de soi dans ces dessins, que je ne montrais à personne, mais tout de même l’envie d’en rire. »

Est-ce que cela t’a aidée à mieux t’aimer ?

« Oui, parce qu’au bout d’un moment, tu arrives à te détacher un petit peu de tes complexes… Même si parfois, ça ne faisait qu’empirer les choses. En prenant un peu de distance, en rigolant, j’ai pu m’accepter un peu plus. Aujourd’hui, je ne dirais pas que c’est encore le grand amour, mais plutôt que je suis sur la bonne voie. Il y a des hauts et des bas, c’est un grand combat de s’aimer totalement ! Alors j’accepte que cela prenne du temps, en sachant que j’y arriverai un jour. »

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)