Au Nicaragua, sur l’« île des veuves », les hommes meurent d’un mal mystérieux

Par N°192 / p. 23-26 • Octobre 2016 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Au Nicaragua, dans le village de La Isla, les hommes meurent d’une étrange maladie qui affecte leurs reins. Leurs veuves soupçonnent les effets néfastes des produits chimiques employés dans les champs de canne à sucre. En effet, à La Isla, on produit un rhum qui fait la fierté du pays… et celle de la grande entreprise Pellas.

Dans ce village du Nicaragua qui ne compte pas plus de 6.000 habitants, on enterre parfois jusqu'à huit morts par jour. © Daphnée Breytenbach

Nichées au cœur d’une nature luxuriante, au pied du volcan San Cristobal, les modestes maisons de tôle qui composent le village de La Isla sont toutes, à l’intérieur, décorées de la même façon : une succession de photos encadrées représentant les pères, les fils, les maris disparus. Ici, aucun homme ne dépasse l’âge de 50 ans. Les femmes ayant perdu leurs maris se comptent par dizaines. Dans la région, le village a été rebaptisé « la isla de las viudas », l’île des veuves. Esseulées, elles ne touchent ni pension de l’État ni aide de l’exploitation de canne à sucre pour laquelle les hommes travaillaient – et qui continue à employer la plupart des travailleurs de La Isla.

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.5€)