En Pologne, ces “mamies” pro-choix qui tiennent tête au pouvoir

Par N°242 / p. 30-32 • Octobre 2021 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Chaque jeudi à Varsovie, elles se rassemblent pour dénoncer la dérive autoritaire qui sévit depuis 2015 dans leur pays. Elles ? Ce sont les “Mamies polonaises”, des retraitées qui sont de tous les combats, que ce soit la sauvegarde de l’indépendance de la Justice, la cause LGBTQI+ ou, plus récemment encore, le droit à l’avortement.
Patrice Senécal et Hélène Bienvenu (texte) et Weronika Mliczewska (photo)

Zosia Jay Jaśkiewicz (à droite), lycéenne, a rejoint la manifestation des "Mamies polonaises", en ce jeudi de mi-mai. De quoi réjouir la "mamie" Małgorzata Wołyńska (à gauche). © Weronika Mliczewska

Sur la fenêtre qui surplombe sa petite véranda, sont brocardés çà et là un drapeau arc-en-ciel, une étoffe de l’Union européenne, un étendard à l’effigie du mouvement pro-choix Strajk Kobiet (“Grève des femmes”)… Il n’y a pas à dire, Małgorzata Wołyńska est une femme engagée. À 78 ans, cette Varsovienne n’hésite pas une seconde à afficher ses combats. En témoigne son appartement, situé dans l’une de ces innombrables barres d’immeubles d’architecture communiste, à l’orée de la capitale polonaise. “Ce sont des valeurs qui me sont chères”, explique Małgorzata, Gosia pour les intimes, en sortant d’un recoin du salon sa collection de pancartes brandies des centaines de fois depuis six ans au fil des manifestations : “La vieillesse, c’est la liberté”, “Éducation, contraception, choix”, “Constitution !”… “C’est dommage, je suis la seule du lotissement à exposer des affiches militantes. Au moins, les voisins sont gentils avec moi, même s’il est déjà arrivé qu’on refuse d’entrer dans l’ascenseur avec moi à cause de l’insigne pro-démocratie que je portais !”

“La force des “sans-pouvoir””

Militante de la première heure, Gosia l’a toujours été. Alors que la censure fait rage en République populaire de Pologne, cette bibliothécaire à la retraite fait circuler, sous le manteau, cassettes et publications clandestines. Un colportage “essentiel en l’absence d’Internet”, à une époque où la loi martiale, instaurée par les autorités communistes en 1981, douche les aspirations démocratiques. “Cela nous permettait de savoir qui avait été arrêté, quand il y aurait des grèves, nous faisions circuler ces informations dans toute la Pologne”, poursuit-elle. Sur la table de chevet de sa chambre douillette, trône d’ailleurs un récent exemplaire de Gazeta Wyborcza. Soit le même quotidien ayant facilité la transition démocratique de 1989, et où Gosia a travaillé un temps en tant qu’adjointe administrative.

Son activisme, toutefois, a repris de plus belle, il y a six ans, pour défendre l’État de droit. Deux ans plus tard, elle rejoignait les rangs des “Polskie Babcie” (“Mamies polonaises”), un regroupement informel de cinquantenaires – et plus – remontées contre la politique nationale-conservatrice du parti Droit et Justice (PiS). “Notre slogan à nous, les grands-mères polonaises, c’est “la force des sans-pouvoir””, précise cette passionnée de littérature, dans une allusion à l’essai éponyme du dissident tchèque Václav Havel, publié en 1978.

Chaque jeudi, à 16h30, Gosia retrouve la vingtaine de ses consœurs dans le centre de la capitale pour y battre le pavé, au gré des combats politiques du moment : liberté de la presse, indépendance de la justice, cause LGBTQI+, enjeu climatique, séparation entre Église et État…

La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)