Renaud Maes : « La prostitution des étudiantes est un révélateur de la domination masculine »

Par N°212 / p. 17 • Octobre 2018

Les études reviennent cher. Pour les porte-monnaie… mais aussi pour l’équilibre mental et physique de ces étudiantes qui, jour après jour, se débrouillent, jonglent entre les urgences et les priorités. Sous le poids des pressions financières, familiales et sociales, elles se retrouvent à devoir faire des « choix » qui n’en sont pas. « On devient cinglées », nous confie une jeune femme, interviewée dans le dossier de notre numéro d’octobre. Dans ces conditions, faut-il vraiment s’étonner que 6.000 étudiantes se prostituent chaque année en Belgique ? Pour en parler, axelle a discuté avec Renaud Maes, chercheur à l’ULB, sociologue et auteur d’une étude sur le sujet qui n’a pas encore été rendue publique.

© Marie Leprêtre pour axelle magazine

La prostitution étudiante est-elle essentiellement féminine ?

« Il est certain qu’il y a aussi des étudiants qui se prostituent, notamment dans des bars gays. Par contre, il y a des formes de prostitution spécifiquement féminines. Des agences d’escorts sont, par exemple, spécialisées dans le recrutement d’étudiantes. Il faut aussi noter que les tarifs des étudiantes prostituées sont inférieurs à ceux des hommes qui se prostituent. Cela a donc des effets sur la fréquence des rapports, sur les pratiques qui vont être acceptées, sur leurs conditions de vie. »

Est-ce que la précarité joue un rôle ?

« Oui, très clairement. Il y a le mythe de l’étudiante qui se prostitue pour s’acheter des sacs et des chaussures de luxe et celui, répandu dans les livres et les films, de la prostitution occasionnelle, de l’étudiante qui a un ou deux clients, qui est à la recherche du père et qui en tire même du pouvoir. C’est très loin de la réalité. La prostitution reste un moyen de subsister pour ces femmes. À partir du moment où elles vont acquérir un certain niveau de vie, il va être très dur pour elles d’y renoncer. Il est difficile d’en sortir.»

Les études reviennent cher. Pour les porte-monnaie… mais aussi pour l’équilibre mental et physique de ces étudiantes qui, jour après jour, se débrouillent, jonglent entre les urgences et les priorités. © Marie Leprêtre pour axelle magazine

Quelle influence sur leurs études ?

« Toutes celles que j’ai interviewées se définissent d’abord comme étudiantes, et puis comme prostituées. Leur premier projet est d’obtenir leur diplôme, elles s’accrochent à ça. Toutes vivent dans l’angoisse que leur situation se sache et que cela nuise à leurs études. Elles s’isolent donc de tous les mécanismes qui permettraient de les identifier comme prostituées. On pense souvent qu’elles vivent une situation plus confortable que les prostituées de rue, mais l’isolement dans lequel elles vivent est très dur, c’est une forme de violence.

Leur premier projet est d’obtenir leur diplôme, elles s’accrochent à ça.

C’est pour cela que quand des institutions de l’enseignement supérieur disent qu’elles ont posé la question et qu’il n’y a pas de prostitution chez elles, il faut prendre ce résultat avec des pincettes. Les femmes ne le diront jamais aux autorités de l’université, notamment à cause de la honte. Le folklore étudiant a un rôle à jouer là-dedans, lui qui véhicule une image très dégradante des femmes prostituées. La prostitution étudiante agit comme un révélateur de la domination masculine au sein des institutions de l’enseignement supérieur, mais elles se situent aussi à l’intersection avec les autres dominations : classe, race, etc. »

Que voulez-vous dire ?

« Par exemple, si vous êtes originaire d’un pays hors Union européenne et que vous souhaitez étudier en Belgique, il vous faut un garant. Il existe un trafic de faux garants qui se paient leurs services en prostituant les étudiantes et en utilisant les stéréotypes racistes du marché de la prostitution envers les femmes racisées. »

Share Button