Rencontre avec Jeanne Vercheval-Vervoort, figure emblématique du féminisme belge

Par N°217 / p. 16-18 • Mars 2019

La méconnaissance de l’histoire des femmes et de leurs luttes est une tragédie. Pour toute l’humanité bien sûr, et pour les combats féministes à mener aujourd’hui. Cette ignorance, entretenue par la société, justifie la perpétuation des inégalités entre les femmes et les hommes en effaçant l’historicité de la domination masculine, comme si elle était, finalement, naturelle. Pour faire le lien entre les combats d’hier et de demain, axelle a rencontré Jeanne Vercheval-Vervoort, militante féministe emblématique qui fête ce mois-ci ses 80 ans…

Jeanne Vercheval pose à côté d’une sculpture de l’artiste Cécile Douard, dont elle a écrit une biographie ("Cécile Douard. Un regard retrouvé", Éditions L’Image et L’Écrit & PAC 2014). © Véronique Vercheval

Très jeune, elle était déjà militante pacifiste et communiste. Elle a ensuite orienté ses combats vers le milieu ouvrier, dont elle est issue, et a créé les  « Marie Mineur ». Au cours des années 1970 dans la région du Centre, ce groupe féministe a ainsi soutenu les grèves des travailleuses qui revendiquaient de meilleures conditions de travail. Les Marie Mineur sont également connues pour avoir aidé des femmes à avorter alors que la loi le leur interdisait. Leurs actions de désobéissance civile, aux côtés des  « Dolle Mina » flamandes et des Comités Peers, ont permis de mettre les questions de la contraception et de l’avortement sur la place publique et de faire changer la loi.

Pour Jeanne, le féminisme était une évidence :  « Tout à coup, je me suis rendu compte que les femmes vivaient une souffrance. Souffrir d’être femme, ce n’est pas normal. On ne peut pas imaginer laisser souffrir tout un peuple. Les mouvements pour la paix, les mouvements caritatifs sont là pour le dire. Mais laisser souffrir la moitié de l’humanité, une fois qu’on a pris conscience de ça, on ne peut pas ne pas s’engager. Donc, c’est un parcours normal. »

« Notre rôle, c’est conscientiser les femmes »

Soucieuse de transmettre son expérience aux nouvelles générations et de garder des traces, Jeanne Vercheval-Vervoort est aussi autrice et est à l’origine, avec son époux Georges, du Musée de la Photographie de Charleroi. Si aujourd’hui elle s’est retirée des milieux militants, elle n’en reste pas moins une observatrice attentive de notre société, souvent en colère, toujours animée d’un idéal d’éducation populaire et de révolution.

Nous avons rencontré Jeanne chez elle, à La Louvière, en décembre dernier, alors qu’une journée de grève était organisée en front commun syndical pour dénoncer notamment la réforme des pensions. Le mouvement des gilets jaunes avait émergé depuis quelques semaines, le gouvernement Michel vivait ses derniers jours… Un contexte parfait pour parler militance.

Est-ce que vous percevez une évolution dans la militance, vous qui pratiquiez la désobéissance civile ?

« Les Marie Mineur, c’était un peu comme les gilets jaunes. Il n’y avait pas de cheffe. On sortait de 1968. On n’avait pas besoin de porte-parole. Je l’ai été, par la force des choses, mais pas tout de suite. Comme j’avais une certaine expérience du militantisme, que je viens d’un milieu ouvrier, que j’ai moi-même été ouvrière, je savais de quoi je parlais. J’avais une éducation politique.
Nous étions guéries des partis communistes. On en avait marre de ce genre de choses, que ce soit le trotskisme, le maoïsme, etc. On faisait barrage par rapport à tous ces gens qui venaient nous faire la leçon. Là aussi, quand nous étions dans des piquets de grève, on venait nous dire que ce n’était pas comme ça qu’il fallait faire, que tel délégué syndical valait mieux que cette femme… Ou on essayait de nous prendre sous protection. Et là, on a refusé.
Il y avait une charte entre nous et les Dolle Mina. Il y avait des choses qu’on s’interdisait de faire. Il fallait quand même un consensus, on n’aurait pas fait n’importe quoi. On a été, je pense, assez courageuses. On allait sur les marchés distribuer nos tracts pour le droit à l’avortement, en sachant qu’on allait être prises par la police. On n’a pas vraiment été fort embêtées à La Louvière mais, à Charleroi, on nous arrêtait carrément. On était plus fortes à La Louvière et on gueulait fort. On avait une fameuse voix ! »

Grève chez Europair, 1975. Jeanne Vercheval est en chemise à carreaux. © Georges Vercheval

Vous vous interdisiez de faire certaines choses ?

« La violence, non. L’humour, oui. Et on ne se laissait pas faire, ça, c’est sûr. On a parfois été violentes mais… pas très violentes. Je me souviens d’une conférence de Willy Peers à La Louvière. Il y avait des fachos qui étaient arrivés ; on s’est mises derrière eux. On était quatre ou cinq femmes. Dès qu’ils ont voulu parler, on les a vraiment menacés. Comme on était derrière eux, on leur a dit qu’on les déculotterait, des trucs comme ça… Ils ont eu peur. Nous pouvions faire peur. Et ça marchait !
Mais on a aussi subi des violences devant les usines quand on était en piquet de grève, quand on aidait les femmes. Certains hommes venaient nous agresser très méchamment. Des trucs ordinaires : « Va faire ta vaisselle, occupe-toi de tes gosses ! » Mais il n’y avait pas d’agression sexuelle. Maintenant, on te dirait : « Va te faire enculer ». Il y a une différence. Même de la part de personnes de gauche… »

Une vieille qui va hurler dans une école, ça ne va pas. Ce sont les jeunes mamans qui doivent se fâcher. Et les jeunes papas…

 

Quelles sont selon vous les urgences du militantisme féministe ?

« C’est la mobilisation. Je pense que les jeunes de la FGTB à l’ULB, elles bougent bien. Elles ont vraiment des idées, elles réussissent à avoir des gars avec elles. J’ai été parler à un congrès et je me disais qu’il y a de l’espoir. À la FGTB, à la CSC aussi, je pense qu’il y a des femmes qui bougent. Mais est-ce qu’elles vont réussir à faire bouger les hommes ? Maintenant, il faut faire connaître toutes ces femmes et il faut que les journalistes jouent leur rôle. Si le féminisme des années 1970 a pu éclore de cette façon-là, c’est qu’il y a pas mal de femmes journalistes qui ont mouillé leur chemise. Ce qui n’est pas fort le cas maintenant. Elles ont bien bougé sur des sujets comme #MeToo car elles ont été elles-mêmes victimes et savent ce que c’est. Mais il faut aller plus loin. »

C’est-à-dire ?

« L’éducation à l’école est importante. Les féministes, pour le moment, axent surtout sur #MeToo et les femmes battues. Je trouve qu’il faut le faire, c’est vrai. Mais il y a aussi d’autres combats. L’autre jour, l’aînée de mes petites-filles me téléphone et me demande comment je réagirais à sa place : son fils de trois ans est à l’école primaire communale, et il a reçu un jeu de réflexion. Les petites filles, elles, ont reçu… des fées ! C’est comme ça, à trois ans ! Moi, j’avais envie d’aller dans cette école et de hurler ! Mais une vieille qui va hurler dans une école, ça ne va pas. Ce sont les jeunes mamans qui doivent se fâcher. Et les jeunes papas… Mais eux, avant qu’ils ne se bougent, il faudra le temps. »

Quel est votre regard sur les récentes lois concernant le droit à l’avortement (celle qui sort l’IVG du Code pénal et celle concernant la reconnaissance des fœtus morts dès 140 jours de grossesse) ?

« C’est vraiment un retour en arrière. Il a fallu 29 ans pour qu’on ait un semblant de droit à l’avortement et maintenant, on recule. On peut toujours aller en prison. C’est très grave ! De quoi les politiques se mêlent ? Dans notre corps, c’est chez nous et ce n’est pas chez eux. »

Cette actualité résonne particulièrement pour vous…

« Déjà, quand la loi est passée [la loi Lallemand-Michielsen de 1990 dépénalisant partiellement l’avortement, ndlr], on trouvait que c’était une trahison. Parce que nous, ce qu’on voulait, c’était sortir l’avortement du Code pénal. Ça n’a rien à voir avec la Justice. Éventuellement avec la santé, mais pas avec la Justice. De toute façon, les femmes ont toujours avorté. Même celles qui étaient contre l’avortement ! Et elles se sentent coupables. La culpabilité, ce n’est pas mal non plus, ça fait partie de notre éducation chrétienne. Et au niveau de la contraception, ça ne bouge pas. Les hommes s’en sortent bien, ils n’ont toujours pas de contraception
Il a fallu cent ans pour pouvoir voter ; l’effacement des lois qui enferment les femmes est lent. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas pris conscience de leur force. Elles auraient pu faire des grèves générales toutes seules. En Espagne, il y a des choses comme ça qui se passent, mais pas chez nous. Je crois qu’on aurait dû. On en parlait dans les années 1970. On disait : « Si on arrêtait de travailler deux jours, les hommes se rendraient compte de notre force ! » Mais comment faire alors que les syndicats étaient encore tout-puissants ? C’était à l’époque où on disait que c’était plus intéressant de voter pour les hommes que pour les femmes aux élections syndicales : « Pour le plaisir, les femmes, oui, mais pour la lutte, votez pour un homme. »
Nous avons été dédaignées par les syndicats. Toujours. À part pour la grève de la FN. Et avant que les femmes aient la solidarité des hommes, il a fallu du temps. Là aussi, c’est à partir du moment où elles font peur. On se dit qu’elles prennent trop de force, trop d’importance, trop de place. À ce moment-là, les hommes se disent qu’ils vont y aller. »

Notre rôle, c’est de conscientiser les femmes. De les mettre ensemble. Pas de faire la charité.

Vous avez dû faire une pause dans le militantisme…

« À un certain moment, j’ai pris carrément de la distance. J’avais le prétexte de la création de la Maison des Femmes à Bruxelles [en 1974, ndlr] : moi, je ne rentrais pas dans une telle maison. J’ai fait le couscous, j’ai apporté mes casseroles et puis j’ai dit que je ne restais pas à l’ouverture. Pour moi, c’était comme la fin du travail de rue et le retour des femmes à la maison. Je l’ai fort reproché à Marie Denis, qui a créé cette maison. Pour moi, c’était une idée bourgeoise, de dames patronnesses. J’avais peut-être tort…
Grâce à cette initiative, il y a eu les maisons pour femmes battues. Il fallait le faire, c’est vrai. Mais il fallait surtout obliger le pouvoir à tenir compte de ça. Les politiques ont donné de l’argent, mais ils n’ont pas organisé l’accueil. C’est les féministes, le privé, qui ont créé cette structure et puis ont été subventionnées. Ça a été utile, c’était important, mais ce n’était pas notre rôle. L’accueil des femmes battues ne résout pas le problème de la violence. Et ça ne résout pas le problème des femmes qui renoncent à quitter leur conjoint violent. On n’a pas le temps de leur donner la force de ne pas y retourner. »

Vous pensez que les féministes pallient le manque de service public ?

« Je l’ai toujours ressenti comme ça. Ce n’est pas notre rôle. Notre rôle, c’est de conscientiser les femmes. De les mettre ensemble. Pas de faire la charité. Ceci dit, j’ai beaucoup d’admiration pour celles qui le font, mais pour moi, ce n’est pas du militantisme féministe. »

Article extrait du dossier « Droits des femmes, connaître notre histoire pour écrire l’avenir », publié dans axelle n° 217, p. 12-18.

Pour en savoir plus

Lire cet ouvrage Jeanne Vercheval, un engagement social et féministe, de Claudine Marissal et Éliane Gubin, disponible en format pdf.

Share Button