Victimes de violences conjugales, elles ont tué leur agresseur

Par N°209 / p. 24-26 • Mai 2018 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Mots-clés

ViolenceDroits

En Belgique ou en France, des femmes victimes de violences conjugales en arrivent parfois à tuer leur agresseur. Josiane Coruzzi, juriste et directrice de l’asbl « Solidarité femmes et refuge pour femmes battues », ainsi qu’Oriana Simone, avocate et membre de l’asbl Fem & Law, nous aident à décrypter ces histoires. Elles tentent de répondre à une question lancinante : ces drames pourraient-ils être évités si la société écoutait et protégeait les femmes ?

© Diane Delafontaine

Le 13 décembre 2017, le tribunal correctionnel de Mons condamne une jeune femme de 24 ans à une peine de sept ans de prison pour le meurtre de son compagnon, commis deux ans plus tôt dans leur appartement. Devant les juges, la jeune femme a reconnu le coup de couteau, mais a toujours nié l’intention d’homicide, plaidant le climat de violences subies pendant les années de vie avec son compagnon.

Cette histoire rappelle celle d’Alexandra Lange, une Française de 32 ans qui a tué son mari en 2009 après des années de violences conjugales. Alexandra Lange a finalement été acquittée en 2012 par la cour d’assises du Nord : c’était une première en France. L’avocat général, Luc Frémiot, avait lancé à la cour dans un réquisitoire marquant : « Quelle serait la crédibilité, la légitimité de l’avocat de la société qui viendrait vous demander la condamnation d’une accusée, s’il oubliait que la société n’a pas su la protéger ? »

Engrenage des violences

Onze ans de violences conjugales : c’est le calvaire enduré par Alexandra Lange… Le manque de protection des femmes est dénoncé de longue date par les acteurs et actrices de terrain spécialistes des violences conjugales et par les mouvements féministes. « Au quotidien, on voit à quel point c’est difficile de sortir de la violence conjugale. Il y a un manque de protection. Ni la Justice ni la société ne comprennent la violence conjugale. Tuer leur conjoint, c’est parfois la seule réponse qui reste à ces femmes qui, après avoir cherché toutes les solutions, n’en trouvent plus », constate amèrement Josiane Coruzzi, juriste et directrice de l’asbl « Solidarité femmes et refuge pour femmes battues », à La Louvière.

 

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)