Voix de femmes sans papiers

Par N°209 / p. 22-23 • Mai 2018 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

La photographe Marie Lhoir a suivi un déménagement de femmes, d’hommes et d’enfants migrant·es sans papiers, d’un logement précaire à l’autre.

© Marie Lhoir

3 mars 2018, rue d’Arenberg, centre-ville de Bruxelles. Une chaîne humaine longe la rue pour évacuer des centaines de valises d’un ancien hôtel. Malgré le froid hivernal, des migrant·es sans papiers, dont des femmes et des enfants, doivent quitter les lieux. À la suite d’une négociation avec la Ville de Bruxelles, le collectif « La Voix des sans papiers » occupait depuis trois mois cet hôtel « en attente de rénovation », où des travaux doivent à présent être effectués.

À l’intérieur, un petit groupe de femmes s’affairent autour d’un monticule de valises, poussettes, baignoires pour bébé… Madame Bangoura porte ses bagages sur la tête avec humour : « Nous commençons à avoir l’habitude… » Mais le cœur n’y est pas et ses craintes ressurgissent : « Depuis juin 2014, lorsque nous avons quitté l’occupation à Ribaucourt, c’est notre onzième déménagement ! » Aminata, une femme âgée, tire un caddie surchargé en prenant appui sur sa canne : « Je ne veux pas me séparer de mon sac, il y a mes médicaments dedans. C’est déjà arrivé que des bagages se perdent. »

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)