Une nettoyeuse belge sur trois victime de violences sexuelles au travail

Quelques jours après le 16 juin, Journée internationale des travailleuses domestiques, la CSC Alimentation et Services tire la sonnette d’alarme à l’occasion de la « Journée du nettoyage » organisée par le syndicat. Selon une enquête menée auprès de 51.000 affiliées de différents secteurs qui occupent du personnel de nettoyage, près d’une travailleuse sur trois (31,7 %) a déjà subi des violences sexuelles au travail.  

Dans notre pays, les métiers du nettoyage comptent plus de 200.000 travailleuses et travailleurs. Il s’agit d’une activité isolée, indique la CSC. Les travailleurs/euses se rendent souvent seul·es chez leurs client·es. Elles/ils exercent leur métier dans l’ombre, sans collègues à proximité et sans contrôle social. De plus, leur lieu de travail est bien souvent la propriété privée des client·es. Tous ces éléments, analyse le syndicat, rendent les femmes beaucoup plus vulnérables à la violence sexuelle.

31,7 % des 51.000 nettoyeuses et aides familiales ayant participé à l’enquête ont donc indiqué à la CSC avoir déjà subi des violences sexuelles au travail. 60 % d’entre elles ont été victimes de violences verbales allant d’une remarque sexuelle à des menaces sexuelles. 37 % des femmes ayant subi de la violence parlent également d’attouchements non désirés.

« Il s’agit d’un problème largement méconnu, estime Pia Stalpaert, présidente de la CSC Alimentation et Services, à l’occasion du la « Journée du nettoyage » organisée ce mardi 20 juin par le syndicat. Nous avons récolté des récits de nettoyeuses qui n’osaient plus aller chez un client pour cause de harcèlement. Mais le tabou est encore énorme et les problèmes ne sont souvent pas signalés. Les nettoyeuses ne savent bien souvent pas à qui s’adresser pour communiquer un comportement problématique. »

Pia Stalpaert annonce que la CSC souhaite « briser le tabou autour de cette problématique et mettre sur pied un programme de formations dans [ses] autres secteurs qui occupent du personnel de nettoyage. »

À lire sur axellemag.be :

 

Share Button