Nouvelle-Zélande : l’avortement dépénalisé

Jacinda Ardern CC BY-SA 3.0 nz

La Nouvelle-Zélande a dépénalisé l’avortement. La loi a été adoptée par le Parlement le 18 mars par 68 voix contre 51. L’interruption volontaire de grossesse était jusque-là considérée comme un délit passible de 14 ans d’emprisonnement en vertu d’une loi datant de 1961. Aucune femme n’a été condamnée, mais c’était le seul acte médical à être criminalisé. La loi autorise désormais l’accès à l’IVG jusqu’à 20 semaines de grossesse. Il s’agissait d’une promesse de campagne de la Première ministre du pays Jacinda Ardern, élue en 2017. Le ministre de la Justice, Andrew Little, s’est réjoui de ce changement « nécessaire ». « Désormais, les avortements seront considérés comme une question médicale. Avec la loi précédente, les femmes qui souhaitaient se faire avorter devaient surmonter de nombreux obstacles », a-t-il expliqué à Euronews le 19 mars 2020.

Share Button