Règlement intérieur raciste

© Diane Delafontaine

En Afrique du Sud, le règlement intérieur d’un prestigieux lycée de Pretoria interdit le port des cheveux naturels pour les filles noires. Mais cela va plus loin encore. « Ma fille a des cheveux épais et elle est obligée de se mettre de l’eau dessus tous les matins pour pouvoir être acceptée car ils n’autorisent aucune « afro ». Ils ne les autorisent pas non plus à parler xhoza [l’une des langues officielles du pays, ndlr] dans les couloirs ou pendant le déjeuner. On sait qu’il ne faut pas le parler en cours, mais en dehors, [les élèves] pourraient quand même pouvoir parler leur langue maternelle !« , s’indigne la mère d’une élève sur France24. Billie Jean Demas, une ancienne du lycée venue prêter sa voix au mouvement de protestation né parmi les élèves à la suite de la publication du règlement, s’interroge : « Ils utilisent le mot « exotique » pour qualifier les cheveux en désordre. Mais ce terme est problématique : dire que le corps africain, sur le sol africain, est « exotique », n’est pas la bonne définition. Quand ils disent qu’il faut que les cheveux soient propres et ordonnés, que veulent-ils signifier ? » Sans doute que l’ordre social raciste est encore bien vivace.

Share Button