Critique de la pièce « Paying for it »

© Laetitia Paillé

En ce moment à Bruxelles, au Théâtre National, se joue le spectacle théâtral documentaire Paying for it, monté par la compagnie La Brute. Basé sur le recueil de diverses analyses et témoignages, il aborde le sujet de la prostitution.

Paroles crues et cash, les récits de quelques personnes prostituées, d’une sociologue, d’une artiste, d’un policier (interprété·es par des comédien·nes) se succèdent, mettant en lumière la pratique quotidienne de l’activité prostitutionnelle, ses côtés barbants, ou ses dangers. Ces témoignages évoquent les raisons de la décision d’entrer en prostitution, relèvent le regard stigmatisant et ambivalent de la société, le rouleau compresseur néolibéral, l’hypocrisie et l’absurdité, parfois, des politiques publiques en la matière – un discours fort, et nécessaire. Cependant, l’unanimité des divers·es intervenant·es en faveur de la reconnaissance de la prostitution comme travail et de sa légalisation comme unique solution pour des travailleurs/euses du sexe présenté·es comme un groupe aux aspirations homogènes réduit la tension. Simplification et réduction de certains aspects de la prostitution (la traite, par exemple, « ce sont 200 à 300 prostituées nigérianes réparties sur trois rues de la capitale ») émaillent les discours des différent·es protagonistes. Enfin, le scandaleux positionnement d’un policier – imprégné de racisme – par rapport aux prostituées nigérianes (et à une mineure) ainsi que l’absence totale ne serait-ce que d’une once de mise à distance (pourquoi ne pas avoir incarné le personnage de la féministe blanche bourgeoise pour la faire dialoguer avec le travailleur du sexe sadomaso, par exemple ?) font de Paying for it une tribune réglementariste à la colère parfois outrée, qui finit par recouvrir les voix singulières que l’on était venues écouter. Et par creuser peut-être plus encore le gouffre, alors que l’une des actrices évoquait pourtant avec espoir en début de pièce l’importance du dialogue entre féminisme et prostitution. (V.L.)

 

Paying for it, jusqu’au 23/11/2019 au Théâtre National (111-115, bld Émile Jacqmain à 1000 Bruxelles).

Share Button