Longues vies et petites pensions

Plus de la moitié des femmes touchent moins de 1.000 euros de pension par mois. Quand l’âge de la retraite a sonné, la vie des femmes rime trop souvent avec précarité. Les retraitées se débrouillent vaille que vaille pour joindre les deux bouts.

16 mai 2018, le Gang des Vieux en colère participe à la manifestation syndicale organisée contre la politique du gouvernement fédéral en matière de pensions. © Sophie Lerouge, Solidaire


« L’eau est trop chère pour moi, je ne tire pas la chasse pour un petit pipi. Et je ne chauffe pas beaucoup mon appartement non plus pour économiser sur mes charges. »
  Lily, 72 ans, fait partie du Gang des Vieux en colère, un mouvement qui se bat pour que les (futur·es) retraité·es puissent vieillir dans la dignité. Elle raconte comment elle se débrouille avec sa maigre pension. Anne, 68 ans, membre de Vie Féminine, doit de son côté faire attention aux frais de soins de santé. « Avant de prendre un rendez-vous chez le médecin, je demande combien la consultation va me coûter. Et j’use mes lunettes tant que je peux, même si cela me fatigue. »  Se priver, calculer ses dépenses, les réduire, voici le lot quotidien de ces deux femmes pensionnées. Et elles ne sont pas les seules.

La débrouille à moins de 1.200 euros par mois

En Belgique, les femmes ont une pension moyenne de 810 euros et les hommes de 1.245 euros. Une femme sur trois touche moins de 750 euros de pension, alors que ce n’est le cas que d’un homme sur cinq, selon les chiffres du rapport de mars 2019 du Service fédéral des pensions. Cet écart de pension est une conséquence « logique »  de l’écart salarial.

La situation est d’autant plus préoccupante du fait de l’augmentation de l’espérance de vie. En Belgique, en 2018, l’espérance de vie à la naissance s’élève à 81,5 ans pour l’ensemble de la population, soit 83,7 ans pour les femmes et 79,2 ans pour les hommes, selon les chiffres de l’Office belge de statistique. Les femmes sont par conséquent davantage exposées à des risques de dépendance et à des coûts de soins de santé importants.

Le Gang des Vieux en colère bat le pavé pour revendiquer le relèvement du montant minimal de la retraite à 1.600 euros net sans écart de retraite entre les femmes et les hommes. © Fabienne Pennewaert, Solidaire

Noëlla de Vie Féminine témoigne : « Moi pour diminuer les charges de l’eau, je lave mon linge avec une mini wash, je récupère l’eau de la machine que je transvase ensuite dans des seaux. L’eau usée me servira pour la toilette. Je suis gênée, je n’oserais pas recevoir quelqu’un à la maison. »  Santé, alimentation, électricité, eau, etc. Tous les postes de dépenses sont au centre de leur attention. Sans oublier la question cruciale du logement.
De plus en plus, le coût du logement représente près de la moitié du revenu, voire 70 % pour les personnes les plus précarisées. Pour celles qui ont la chance d’être propriétaires, il faut parfois renoncer aux travaux nécessaires à l’entretien de son bien ou faire un prêt. Il y a aussi l’angoisse de voir un équipement tomber en panne. Au vu des montants de pension actuels, beaucoup d’aînées ne peuvent pas accéder à une maison de repos, pour laquelle il faut débourser au moins 1.200 euros par mois (les prix dépendent du type d’institution, de la catégorie de chambre, ainsi que de la province…) Si elles perdent la possibilité de pouvoir rester seules chez elles, ce sont alors leurs enfants – quand c’est possible et si elles en ont – qui seront sollicité·es.

Le mythe de la mamie gâteau

« Je ne me sens pas précarisée, je vis bien avec 1.200 euros par mois tout en étant propriétaire. Mais c’est vrai que je ne pars jamais en vacances, et que je n’offre pas beaucoup de cadeaux à mon petit-fils. Je n’ai pas non plus internet ou de téléphone portable car cela coûte trop cher », confie Suzanne, une membre de Vie Féminine qui vit dans le Brabant wallon. Les loisirs constituent le premier poste sacrifié si on a une trop petite pension. Avec le risque de plonger les femmes dans l’isolement social.
« Je trouve souvent une excuse pour ne pas rejoindre mes amies pour prendre un café et un petit gâteau avec elles », rapporte Anne. « Pour me déplacer, je dois marcher ou prendre les transports en commun, mais j’ai de gros problèmes aux jambes et c’est difficile de rester debout. Je reste donc chez moi le plus souvent », nous raconte Lily. S’habiller dans les magasins de seconde main, se laver à l’évier un jour sur deux, ne plus savoir mâcher correctement tout en évitant d’aller chez la/le dentiste pour changer un bridge ou un dentier, ne pas pouvoir se payer une prothèse ou des souliers orthopédiques, se nourrir grâce aux frigos solidaires… La liste des restrictions et des renonciations est longue pour celles qui sont à la pension.Une situation qui n’est pas toujours comprise par les jeunes générations, y compris les plus proches.

On est vieilles peut-être mais pas encore séniles. Il faut arrêter de plumer les femmes !

Anne-Marie, pensionnée et ancienne présidente de la CSC Seniors, témoigne : « Lorsqu’on garde ses petits-enfants, c’est un coût pour les nourrir. Nos enfants ne s’inquiètent jamais de savoir si l’on peut assumer cela. Ce n’est pas évident à dire, et à vivre. Il faut réfléchir à une autre modèle que celui de la mamie gâteau qui reçoit toujours ses enfants et petits-enfants. »
Des aînées bien remontées se sont rassemblées au sein du mouvement citoyen Gang des Vieux en colère. Ces vieilles et vieux gangsters battent le pavé pour revendiquer le relèvement du montant minimal de la retraite à 1.600 euros net sans écart de retraite entre les femmes et les hommes.
Chez Vie Féminine, le Congrès de 2010 a réclamé l’autonomie financière de toutes les femmes tout au long de la vie. La Charte des aînées de Liège de 2011 lutte contre la précarité, elle est appuyée depuis 2013 par les aînées de Namur qui, ensemble, se positionnent pour revendiquer une pension minimale de 1.500 euros pour une personne seule. Lily, du Gang des Vieux en colère, le martèle une dernière fois : « On est vieilles peut-être mais pas encore séniles. Il faut arrêter de plumer les femmes ! »

Une double peine

Notre système de pension se base sur des éléments du marché du travail comme son intensité ou sa durée. Pour Pierre-Marie Sabbadini, chercheur à l’UCLouvain, « toute discrimination dans le monde du travail a donc un impact sur la pension. Les femmes s’interrompent le plus souvent pour des activités de soin, elles sont aussi sous-représentées dans les métiers qui permettent d’accéder à des salaires élevés, et elles constituent 80 % des temps partiels. Les femmes sont donc pénalisées une deuxième fois puisque la pension est basée sur le salaire. »
« L’âge de la pension représente la somme de toutes les inégalités. C’est une photographie qui montre lesinégalités, et on voit bien que ce sont les femmes qui payent », poursuit le juriste. L’écart entre les femmes et les hommes s’aggrave donc à l’heure de la retraite.

Pour Gaëlle Demez, responsable Femmes CSC et CSC Seniors, le manque de prise en compte de la pénibilité du travail des femmes est aussi à pointer du doigt : « Les femmes ne savent pas tenir à temps plein sur toute une carrière dans certains domaines comme la grande distribution, l’aide ménagère ou la petite enfance. Certaines pénibilités, que l’on retrouve justement dans les métiers exercés en majorité par des femmes, ne sont pas non plus prises en compte, comme le stress, la charge mentale ou psychosociale. »

Share Button