Au Brésil, une déferlante conservatrice veut balayer l’émancipation des femmes

Par N°221 / p. 17-19 • Septembre 2019 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Dans le Brésil de Bolsonaro, la place des femmes est à la maison. Quant aux petites filles, elles doivent porter du rose, selon Damares Alves, la ministre de la Femme, de la Famille et des Droits humains…

Dans la lignée de l’engagement de Marielle Franco – femme politique, militante antimilitariste et féministe noire et lesbienne, assassinée le 14 mars 2018 –, des voix de femmes s’expriment de plus en plus au Brésil. On peut lire sur ce panneau : "Nous serons des millions de Marielle". CC Romerito Pontes

Il y a seulement cinq ans, le Brésil réélisait la première femme présidente du pays. Dilma Rousseff fut un temps une des femmes politiques les plus puissantes du globe, à la tête de la 6e puissance mondiale et d’un pays de plus de 200 millions d’habitant·es. Avant de subir une destitution controversée en 2016, « Dilma », mère célibataire et ancienne opposante à la dictature militaire, a lutté pour les droits des femmes. Les violences domestiques (notamment grâce à la loi contre le féminicide, adoptée en 2015), l’indépendance financière des femmes et leur représentation en politique ont été parmi les combats qu’elle a menés avec conviction. Dans un paysage politique largement encore composé d’hommes blancs, Dilma Rousseff a toujours dénoté.

Un machisme ancré

En avril 2016, alors que la présidente est dans la tourmente de la procédure de destitution, un portrait dans le journal conservateur Veja de la femme du vice-président, Marcela Temer, alors en passe de devenir « Première dame », fait bondir les militant·es des droits des femmes, et au-delà. « Belle, discrète et au foyer », c’est ainsi qu’est décrite la jeune épouse de Michel Temer – de 43 ans sa cadette. Perçu par la gauche comme un portrait en contraste avec celui de la présidente décriée, l’article polémique mettait aussi en avant, pour beaucoup, l’image idéale que se fait une grande partie des Brésilien·nes de la femme « bien ».  « Michel Temer est un homme qui a bien de la chance », concluait alors l’auteure de l’article.

Cet article fait partie du dossier du n° 221 intitulé « Extrême droite : une ombre brune sur les droits des femmes »

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)