Canada : la « Barbie du climat »

© Diane Delafontaine

Parce qu’elle voulait simplement appliquer l’accord de la COP21 à Paris en fixant au Canada un objectif de 30 % de réduction des émissions de CO2 en 2030, la ministre canadienne de l’Environnement, Catherine McKenna, s’est attiré un flot d’insultes et de menaces, au point de devoir vivre désormais sous protection policière. « Tu es une souillure sur ce pays et j’espère que tu pourriras en enfer », peut-on lire dans l’un des messages reçus par la ministre et repris sur le site d’ICI Radio-Canada. Elle se fait traiter aussi de « traître » et « d’ordure communiste ». Et comme une femme n’échappe jamais à des insultes sexistes, elle s’est pris aussi un surnom de « Barbie du climat ».

Au Canada, les ministres sont habitué·es à faire leurs courses ou à se rendre à leurs réunions sans précautions particulières. Mais la lutte contre le changement climatique semble aussi échauffer les esprits, et peut-être plus encore lorsqu’elle est menée par une femme. (I.K.)

Share Button