Le festival Voix de Femmes : unique en son genre !

Créations de femmes de tous horizons sous les projos, à Liège et à Gand : le festival Voix de Femmes revient. Un avant-goût ? Du sang neuf, une programmation musicale éclectique et des tas d’autres propositions pour des rencontres conviviales, festives, placées sous le signe de la participation.

Festival biennal militant à parti (bien) pris, Voix de Femmes s’élancera la seconde moitié du mois d’octobre. Faut-il encore le dire, le préciser, le proclamer, l’événement donne de l’espace d’expression à des artistes féminines de toutes origines, leur offre une caisse de résonance pour se faire entendre, alors que les affiches des festivals en général leur en laissent si peu. Car les femmes restent (très) minoritaires dans les programmations.

Le constat n’est pas neuf ; c’est celui que faisait déjà Brigitte Kaquet en 1991, année de lancement de l’événement, au départ liégeois. Un peu plus de 25 ans plus tard, une nouvelle direction en place, le festival reste plus que jamais nécessaire. Il confirme avec cette édition son ouverture au volet numérique, croise toujours dans les eaux créatrices et émancipatrices des arts d’expression (les résultats d’un travail de deux ans avec des femmes, et une carte blanche à une compagnie liégeoise), propose un curieux moment cinéma/musique et s’intéresse à la littérature jeunesse. Gardant toujours le focus sur l’expérimentation, la collision des genres, les décloisonnements, entre les arts, les lieux, les gens.

Au programme

En ciné-concert d’ouverture, la pianiste Christine Ott, également « ondiste », c’est-à-dire spécialiste des ondes Martenot, un instrument de musique électronique. Profondeur, beat et enchantement total avec la Tunisienne Emel Mathlouthi. Électro-folk de l’Argentine Juana Molina, virtuosité à la guitare de l’Américaine Marisa Anderson, grands écarts vocaux et stylistiques de la Française installée en Belgique Mathilde Fernandez, ou encore les slogans de Rebeka Warrior. L’occasion, avec cette dernière, de souligner que les musiques électroniques et expérimentales – domaine, ce qui se sait peu, bien investi par les femmes –, auront leur après-midi découverte.

Accompagnement d’artistes, ateliers (détournement et/ou appropriation d’outils numériques), master class, expos, en plus des nombreux concerts ; cette treizième édition devrait continuer à développer sa singulière identité, une expérience misant sur la rencontre, la participation et la diversité dans tous les sens du terme. (V.L.)

 

Du 16 au 29 octobre. Infos et programmation : www.festival.voixdefemmes.org