« Peau noire, médias blancs » : rencontre avec l’auteure Djia Mambu

Djia Mambu est une journaliste belgo-congolaise spécialiste des médias et des cinémas d’Afrique. En novembre 2017, elle publie son premier recueil, Peau noire, médias blancs. Stigmatisation des Noirs et de l’Afrique dans la presse belge et française. À Bruxelles, lors d’un café littéraire organisé par l’asbl Lingeer, axelle a eu la chance de la rencontrer.

Djia Mambu © Marie Colard pour axelle magazine

Qu’est-ce qui a déclenché votre envie de travailler sur la question de la représentation des personnes noires et africaines dans les médias ?

« En tant que journaliste, je « consomme » beaucoup de médias. Au fil du temps, j’ai commencé à repérer tous les petits détails qui me mettaient mal à l’aise, en tant que Noire. Je trouvais que je n’étais pas suffisamment bien représentée et j’ai commencé à me poser des questions. J’ai vraiment été choquée par l’abondance et la régularité de ce que j’appelle des « micro-agressions ». J’ai d’abord ouvert un blog pour recenser et partager les exemples de stigmatisation des Noir·es et de l’Afrique dans les médias occidentaux. Évidemment, ça ne concerne pas seulement la presse, mais aussi l’image générale des Noir·es diffusée à travers la publicité, le cinéma, les livres scolaires, etc.

Je veux que mon livre, qui se base sur des exemples concrets et réels, soit une porte ouverte au dialogue.

Au bout d’un an, j’avais énormément d’exemples : j’ai pris conscience de l’importance de dénoncer ces « micro-agressions ». J’ai donc décidé d’en faire une publication. Je veux que Peau noire, médias blancs, qui se base sur des exemples concrets et réels, soit une porte ouverte au dialogue. Je ne souhaite accuser aucun·e journaliste ni aucun média spécifique, car je fais confiance aux journalistes et à la société belge. Parfois, les journalistes ne se rendent tout simplement pas compte ! Moi-même, je me suis déjà trouvée dans une situation où je véhiculais une mauvaise image ou un cliché. Pointer ce problème du doigt, cela permet déjà d’en prendre conscience. »

À quel public destinez-vous votre recueil ?

« Au départ, je visais exclusivement le corps médiatique. Puis, en avançant dans l’écriture, j’ai commencé à penser que ce livre concernait la société plus largement. Les médias forgent et influencent l’opinion. En elle-même, la société n’est pas forcément paternaliste ou xénophobe : c’est le résultat d’une construction sociale à laquelle contribuent les médias. Peau noire, médias blancs est donc destiné à toute personne susceptible de faire changer les choses. »

Comment a-t-il été accueilli jusqu’à présent par les journalistes et les médias en Belgique ?

« Je n’ai pas encore eu de retour de journalistes ou de médias, mais je les attends avec impatience. Durant la rédaction, j’ai pu mesurer quelques réactions grâce à mon entourage. J’ai aussi beaucoup discuté avec des personnes non concernées par le sujet et je me suis souvent heurtée à leur incompréhension. Il m’a été reproché d’être parano, d’exagérer, de forcer le trait… Pourtant, on ne fait pas semblant ! Je pense qu’à partir du moment où on ressent quelque chose, les autres doivent respecter notre ressenti. Il était donc important de rajouter une dimension pédagogique au récit, et ne pas seulement rester dans l’évidence, ce qui risquerait d’être considéré comme « victimaire ». »

Le cœur de votre essai, c’est la dénonciation des clichés, du racisme des médias belges envers l’Afrique, les Africain·es et les personnes afro-descendantes en général. Vous ne mettez pas uniquement en avant des images ou des articles directement racistes, qui illustrent ce qu’on appelle le « racisme hostile ». Vous pointez aussi des formes de racisme plus discrètes, une façon de rendre des personnes invisibles ou de les infantiliser… Comment avez-vous procédé pour mener votre analyse ?

En Belgique, il n’est pas normal que la diversité soit si mal représentée.

« Je suis journaliste, j’aime lire, je suis curieuse… Petit à petit, dans la presse, j’ai commencé à pointer des articles où l’Afrique et les Noir·es n’étaient pas bien représenté·es. Les réseaux sociaux m’ont aussi beaucoup aidée. Au bout d’un an, j’ai recueilli énormément d’exemples, pas seulement francophones mais aussi internationaux. Durant la rédaction, il a fallu analyser, car je ne voulais pas seulement montrer les faits, les preuves, mais aussi apporter un vrai esprit critique. Pour cela, j’ai beaucoup lu, notamment sur l’esclavage et la colonisation. C’était difficile : j’avais beaucoup de choses à dire ! J’ai décidé de structurer le récit par chapitres : l’Afrique plurielle, la stigmatisation, les clichés, le racisme… »

Les chiffres confirment vos analyses, que ce soit pour la presse papier ou dans l’audiovisuel. Selon le dernier baromètre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur la diversité et l’égalité, la représentation des personnes perçues comme « issues de la diversité » est seulement de 14,39%. Que pourriez-vous proposer aux journalistes, individuellement, mais aussi aux rédactions et aux politiques afin de faire concrètement évoluer cette situation ?

« En Belgique, il n’est pas normal que la diversité soit si mal représentée. Je n’ai pas de solution miracle. Je pense que le dialogue avec le corps médiatique est le plus important. »

En lisant Peau noire, médias blancs, on a deux références en tête : d’abord, évidemment, Frantz Fanon et son essai révolutionnaire, Peau noire, masques blancs. Et beaucoup plus récemment, l’essai Noire n’est pas mon métier : seize témoignages de comédiennes noires sur le racisme dont elles sont victimes et sur les rôles limités et stéréotypés qui sont proposés aux actrices noires. Comment est-ce que vous vous situez par rapport à ces deux références ?

« Je pense me situer au milieu des deux. J’ai découvert Frantz Fanon assez tard : il ne fait pas partie des classiques qu’on étudie en Belgique. Or, je le considère aujourd’hui comme un incontournable et j’espère être digne de lui rendre hommage. Peau noire, masques blancs a été publié en 1952 et son écriture est pourtant très actuelle. C’est incroyable de voir la façon dont la société a peu évolué depuis… Le dernier livre de Fanon, Les Damnés de la Terre, avec sa préface de Jean-Paul Sartre, m’a aussi beaucoup inspirée. Fanon analyse la violence coloniale et développe un projet révolutionnaire et émancipateur. Enfin, en ce qui concerne Noire n’est pas mon métier, je le considère comme un véritable coup de poing. Aïssa Maïga est une amie et je suis vraiment heureuse de l’accueil réservé au recueil. J’espère sincèrement que ce n’est pas juste une tendance passagère. Le combat est réel et j’aimerais que nos livres puissent poser des bases afin d’opérer de véritables changements. »

Pour aller plus loin

Pour se procurer le livre de Djia Mambu, c’est par ici !

Share Button