Interview de l’astronaute Claudie Haigneré : « Depuis l’espace, on prend conscience de la finitude des ressources de la Terre »

Par N°219 / p. 19-20 • Mai 2019

On la surnomme BAC+19. Claudie Haigneré est la première – et pour l’instant l’unique – femme française à avoir été dans l’espace. Elle joue un rôle majeur dans la recherche scientifique européenne en matière spatiale et plaide pour réconcilier les sciences et la culture. axelle a rencontré cette personnalité, également présidente d’Universcience, lors de sa proclamation au titre de docteure honoris causa de l’UCLouvain.

Claudie Haigneré fait signe depuis la capsule dans laquelle elle s’est posée au Kazakhstan le 31 octobre 2001. © Mikhail Grachyev - Belga / AFP

Première femme française astronaute, la médecin rhumatologue et docteure en neurosciences Claudie Haigneré a effectué en 1996 un vol à bord de la station orbitale russe Mir, puis, en 2001, un autre à bord de la Station spatiale internationale. De retour sur terre, elle s’engage en politique et intègre le gouvernement Raffarin pour deux mandats (2002-2005). Elle est aujourd’hui ambassadrice de l’Agence spatiale européenne où elle développe le projet de village humain sur la Lune. En février 2019, elle devient docteure honoris causa de l’UCLouvain. Rencontre.

Votre désir d’aller dans l’espace, c’était un rêve d’enfant ?

« C’est en partie un rêve d’enfant. En juillet 1969, j’avais douze ans, j’étais une petite fille émerveillée par le premier pas de l’homme sur la Lune. Cela a été un moment déclencheur : on se dit que, parfois, le rêve peut devenir réalité. Je suis devenue médecin, et c’est en exerçant mon métier à l’hôpital que je suis tombée sur un appel à candidatures du Centre national d’études spatiales. Cela a réveillé la petite lumière de mon rêve d’enfant. »

Trente ans plus tard, est-ce qu’on vit cela encore avec des yeux d’enfant quand, en tant qu’astronaute, on est témoin de la beauté de la Terre, mais peut-être aussi de sa dégradation ?

« Le jour J, au sommet de la fusée, je me suis rendu compte que la réalité était encore plus belle que mon rêve. Ça vous saute à la figure ! On voit aussi ce qu’on appelle le « overview effect« , c’est-à-dire au-delà de notre vue habituelle de terrien, avec l’horizon qui nous est accessible. On a sous les yeux, d’un seul coup, la planète et ses enjeux globaux : sa fragilité, sa beauté, la répartition des populations en bordure des continents, les glaciers, la pollution, les cyclones… On voit tous ces éléments dans une seule brassée de regard. Depuis l’espace, on prend conscience de la finitude des ressources de la Terre. Cela nous oblige à penser quelle est notre responsabilité et comment, collectivement et individuellement, on va comprendre et prendre soin de cette planète. Cette vision de la Terre, fragile et belle, nous interpelle. »

Vous étiez la seule femme à bord de la Station spatiale internationale lors de votre seconde mission. Qu’est-ce que cela vous a appris ?

« Le monde des astronautes est un milieu très masculin. J’ai été portée par ce rêve d’enfant, et quand je suis tombée sur cet appel à candidatures, je ne me suis pas posé la question du genre. Je me suis plutôt dit : « Pourquoi pas moi ? » Mais c’est vrai que, probablement comme davantage de femmes, j’ai eu besoin de me légitimer. J’étais médecin spécialiste, et puisque j’ai été recrutée comme spationaute scientifique, j’ai fait un DEA et une thèse en sciences après avoir été sélectionnée, ce que n’aurait peut-être pas fait un garçon. C’était important pour avoir confiance en moi… Je n’ai jamais vécu de moments particulièrement difficiles parce que j’étais une femme par rapport à un homme. Mais, lors de conférences, j’insiste toujours sur l’enrichissement de la diversité pour peu qu’elle soit inclusive. Il y a, je pense, aujourd’hui, sur les 557 astronautes, seulement 60 femmes. Il y a donc 10 % de femmes astronautes… mais aussi 10 % de candidates. Pourquoi y a-t-il seulement 10 % de jeunes femmes qui se sentent attirées par la candidature et cette aventure ? »

Comment encourager et attirer plus les filles dans ce monde de sciences et de technologies ?

« Je n’ai pas la réponse exclusive, mais il y a sûrement des représentations qui sont faussées, stéréotypées, des clichés à bouger sur les métiers « pour les garçons » et ceux « pour les filles ». Dans le monde du digital et du codage, il y a aussi seulement 10 % de femmes. Il y a sans doute un manque de modèles, de confiance en soi et une autolimitation plus sensible chez les jeunes filles que chez les jeunes garçons. Je joue volontiers ce rôle de modèle pour la science, pour parler de la vraie image du métier et l’incarner.
C’est aussi un métier exigeant, c’est toute une organisation de vie. Mais cela devrait l’être autant pour les garçons que pour les filles. Aujourd’hui, il y a la possibilité d’être accompagnée lors de la formation. Quand j’ai été à l’entraînement en Russie, à la Cité des étoiles, ma fille est venue avec moi alors qu’elle n’avait que trois semaines, et j’ai été épaulée… On ne peut pas réussir toute seule : il faut être entourée. Sans soutien, c’est très difficile. J’ai appris l’esprit d’équipe et l’entraide : on n’est pas toujours des superwomen ! »

En tant que présidente d’Universcience, qu’avez-vous mis en place pour plus de parité ?

« Nous avons été le premier établissement public culturel à signer une charte de la diversité, pour être attentif, à la fois, parmi les collaborateurs et les publics auxquels on s’adressait, à cette diversité. Par exemple, lors d’ateliers de codage, on avait un regard particulier sur l’objectif de la programmation afin d’inclure et d’intéresser des petites filles. Nous avons aussi fait faire des analyses genrées, par des chercheurs de l’École normale supérieure de Lyon, sur les expositions qu’on présentait à notre public. J’ai découvert que ce n’était pas si facile que cela, alors que pourtant mon conseil scientifique est strictement paritaire, que je suis une femme présidente et que j’ai une femme directrice des expositions. Par exemple, la voix « sachante » qui explique les éléments de l’exposition est souvent une voix d’homme, et la voix logistique qui vous dit « la suite de l’exposition se trouve en haut de l’escalier à votre droite » est une voix féminine. On connaît aussi tous cela sur le GPS ! Un autre aspect qui existe encore dans les expositions scientifiques, c’est la mention de l’homme qualifié par ses compétences et diplômes ; la femme reste anonyme. J’ai découvert que ce n’était pas si facile que cela de se déconstruire. Même en étant vigilant, on laisse encore passer des clichés et des stéréotypes. Cela nous a amenés à continuer à réfléchir pour rendre l’accès à la science mixte avec des outils inclusifs. »

Share Button