L’école face à la précarité

Par N°222 / p. 14-16 • Octobre 2019 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Selon le dernier classement PISA, qui mesure les résultats des élèves de 15 ans dans 72 pays, l’école est très inégalitaire en Fédération Wallonie-Bruxelles, excluant les plus précaires. La compétition entre écoles et élèves n’amène pas l’excellence, contrairement à ce que veut la croyance libérale : les résultats de notre enseignement sont dans la moyenne médiocre des pays industrialisés. Et si égalité et qualité n’étaient pas opposées ? Et si la solution ne résidait pas uniquement dans des moyens financiers supplémentaires ? Éléments de compréhension et pistes d’action par des acteurs et actrices de terrain engagé·es.

© Ma tête est pleine d’endroits, pour axelle magazine

En Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), mais aussi en Flandre, les résultats des enfants varient fortement en fonction de la position socioéconomique ou de l’histoire migratoire de la famille. Nous sommes face à une école de la ségrégation, qui organise « un apartheid scolaire à la fois social et ethnique », selon certain·es observateurs/trices.

Ségrégation scolaire

Les mots sont forts. Mais les élèves riches et « autochtones » sont ensemble et les élèves pauvres et/ou issu·es de l’immigration sont ensemble. Cette distribution aboutit à une double peine : les élèves issu·es de milieux défavorisé·es par rapport à l’école (pauvreté, connaissance de la langue…) subissent l’effet négatif de leur origine et, de plus, ont tendance à fréquenter une école qui les fera moins progresser. Un problème que le « décret inscriptions« , qui visait à réintroduire de la mixité sociale au sein des écoles secondaires, a jusqu’à présent échoué à résoudre.

Pourtant, les résultats comme ceux du Canada, du Danemark, de la Finlande et de la Norvège, montrent qu’équité et efficacité sont compatibles. En FWB, on dépense autant par élève que dans ces pays qui offrent à chaque enfant un enseignement de qualité et non discriminant. On peut regretter que, dans une économie capitaliste, l’enseignement soit considéré comme un coût qu’on essaie de contenir, et non comme une priorité. Sa gratuité notamment, pourtant prévue dans la Constitution, n’est toujours pas une réalité. Mais dans les faits, le manque de moyens financiers n’est pas la seule explication à ces inégalités.

Cet article fait partie du dossier du n° 222 intitulé « Notre école, un terreau d’inégalités ? »

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)