Congé parental exceptionnel pour parents confinés : mais qui gardera les enfants ?

Par N°228 / p. WEB • Avril 2020

7 avril 2020. En ce début de vacances de printemps confinées pour cause de pandémie de coronavirus Covid-19, une proposition de loi est sur la table : un congé parental exceptionnel. Si l’idée peut sembler bonne, les discussions ont pour l’instant un angle mort : les femmes, et en particulier les plus précaires ou monoparentales. Décryptage en trois points.

© Aw Creative / Unsplash

Depuis le 18 mars, le gouvernement belge a élargi les mesures de confinement pour faire face au coronavirus : les écoles et les services d’accueil de l’enfance sont accessibles de manière limitée, certains sont même fermés. Les citoyen·nes sont tenu·es de rester à la maison afin d’éviter un maximum de contact hors de leur famille proche. Sauf pour se rendre au travail. En dehors des secteurs cruciaux et services essentiels, les entreprises peuvent poursuivre leurs activités à condition d’organiser le télétravail ou de garantir, sur le lieu de travail, les mesures de distanciation sociale. Si l’entreprise doit arrêter son activité ou si la/le travailleur/euse n’a pas de solution de garde, il existe une série de possibilités – plus ou moins vivables… Depuis les mesures de chômage technique ou économique à la pose de congés (annuels, parentaux ou pour raison impérieuse, c’est-à-dire non rémunérés), les situations sont très variables et aucune n’empêche le licenciement.

Intenable pour les parents

Pour beaucoup, la continuité de l’activité professionnelle et la fermeture des écoles obligent à travailler et s’occuper des enfants. En même temps. Sans que ne soit vraiment questionnée la faisabilité de la chose, laissant à chacun, et surtout chacune, le soin de trouver les stratégies (individuelles) qui lui permettront de contribuer à la fois à l’économie et au confinement, enjeu de santé publique. Plus concrètement, pour chaque parent, cela demande de jongler entre garder ses enfants, ne pas perdre son job, avoir suffisamment d’argent pour vivre, tout en tentant de ne mettre en danger ni ses proches, ni la collectivité.

Dans ce contexte, la Ligue des familles a lancé une pétition pour la mise en place d’un congé spécifique pour les parents avec enfants de moins de 12 ans et les parents d’enfants en situation de handicap, sous la forme d’un congé parental, afin de répondre aux difficultés du confinement : le télétravail avec garde d’enfant ou l’absence de structures de garde pour les parents obligés de travailler à l’extérieur. Ce congé pourrait être accessible aux salarié·es, aux indépendant·es et aux agent·es de l’administration. Ayant identifié un besoin criant, la Ligue des familles propose une mesure urgente, « le moyen important peu tant que l’objectif est atteint ». Cependant, dans une société profondément inégalitaire, et dont les inégalités sont encore accentuées par la crise sanitaire, les moyens et les modalités importent beaucoup.

Ecolo, relayant la demande de la Ligue des familles, propose un congé de 10 jours (c’est-à-dire bien moins que la durée du confinement) à se répartir entre les deux parents, ou à prendre seul·e pour les familles monoparentales, et rétribué à hauteur de 82 % du salaire. Le PS et le cdH ont embrayé. Selon nos informations, cette  proposition du congé parental serait actuellement à l’étude au sein de cabinet de la ministre de l’Emploi, Nathalie Muylle (cd&v), et pourrait faire rapidement l’objet d’une proposition à l’agenda du « kern » (comité ministériel restreint) au sein de notre gouvernement d’urgence doté des pouvoirs spéciaux.

Si cette proposition répond à une difficulté réelle des parents, il existe toutefois un risque que sa mise en œuvre aboutisse à des solutions insuffisantes et incomplètes. Pour y voir plus clair, voici un décryptage de la situation actuelle, en trois questions, qui pourrait nous prémunir d’une demi-mesure.

1. Qui s’occupe(ra) des enfants ?

La crise sanitaire entraînée par la pandémie du coronavirus Covid-19 agit comme un miroir tendu à notre société. Elle montre quels sont les jobs essentiels, souvent majoritairement occupés par des femmes et sous-payés, et les conséquences dramatiques du définancement des services publics et des soins de santé. Elle montre aussi le véritable statut, dans la société capitaliste, du soin et de l’éducation des enfants, activités reléguées à la sphère privée, accessoires à la marche du monde.

La demande faite aux parents de combiner (télé)travail et garde d’enfant, difficilement soutenable, repose sur l’idée que s’occuper d’un enfant – le travail reproductif essentiellement assumé par les femmes – n’est pas un travail. Il ne demanderait pas d’investissement en temps ou en énergie. Il serait donc possible de remplir en même temps ses obligations professionnelles.

Nous savons, depuis bien avant le confinement, que c’est faux. C’est d’ailleurs pour cela que des professionnelles, majoritairement des femmes, sont formées et (mal) payées pour fournir soins et éducation aux enfants : accueillantes, puéricultrices, enseignantes… C’est pour cela que les mères de jeunes enfants, dans les couples hétérosexuels, passent toujours deux fois plus de temps par semaine que les pères à s’occuper des enfants. C’est pour cela que les femmes dénoncent le poids de la charge mentale.

Penser qu’il est possible de travailler et de s’occuper des enfants en cette période de crise repose également sur l’idée qu’en l’absence de solution de garde – pour les parents que les employeurs/euses sollicitent encore dans un travail à l’extérieur de chez eux –, une solidarité se mettra spontanément en place (comme c’est le cas habituellement face à l’insuffisance de place dans les milieux d’accueil de l’enfance). Or, cette solidarité est assurée principalement par des femmes de la famille ou de l’entourage, alors que la crise impacte et sollicite déjà durement les femmes, en première ligne dans la lutte contre la maladie, comme l’a analysé le Forum économique mondial.

Une mesure de crise comme un congé parental exceptionnel, identifiant la difficulté d’assumer la garde d’enfant en même temps que le travail salarié, peut donc représenter un pas en avant dans la reconnaissance des tâches de soin et d’éducation. Mais une inégalité flagrante, qui s’accentue en temps de crise, semble complètement ignorée dans les mesures (en ce compris celle préconisée par la Ligue des familles) et conseils destinés aux familles : l’inégalité entre femmes et hommes. La plupart des discours s’adressent indistinctement aux « parents », alors que ce sont les mères, dans une grande majorité des cas, qui tentent de tout combiner et risquent le burn-out maternel.

La répartition du congé entre les deux parents ne permettra pas, à elle seule, de diminuer la charge organisationnelle et émotionnelle du confinement dont témoignent les femmes.

Les témoignages affluent : le coronavirus a beau assigner le père ET la mère à domicile en compagnie des enfants et de la vaisselle sale, la révolution de l’égalité dans les foyers n’a toujours pas lieu. Un congé parental spécial en temps de crise risque d’être majoritairement pris par les mères, comme c’est déjà le cas du congé parental actuel (68 % sont pris par des femmes), accentuant ainsi les inégalités dans la prise en charge des enfants et sur le marché du travail. Il faudrait au minimum, comme le propose Ecolo (pour un congé cependant très court), que le congé soit obligatoirement fractionné entre les deux parents, pour peu qu’ils soient deux et aient l’occasion d’arrêter de travailler. Mais cette répartition ne permettra pas, à elle seule, de diminuer la charge organisationnelle et émotionnelle du confinement dont témoignent les femmes.

2. Quelles solutions pour les oublié·es de la crise ?

Loin d’être un groupe homogène, les parents vivent des inégalités, aujourd’hui accentuées, qu’un congé parental spécial risque de ne pas prendre en compte. Les parents qui ont la possibilité de télétravailler sont éprouvés mais, paradoxalement, parmi les plus privilégiés. Tous les jobs ne se prêtent pas au télétravail, notamment le travail ouvrier, et il faut compter avec la fracture numérique qui traverse notre société et empêche l’accès aux outils du travail à domicile.

Avant le confinement, les mères monoparentales connaissaient déjà de nombreux freins pour recourir au congé parental.

Il y a aussi toutes les catégories de personnes qu’un congé parental ne toucherait pas, et la complexité des besoins urgents liés à la parentalité (car il y en a bien d’autres) auxquels il ne répondrait pas. Notamment les ménages monoparentaux, composés de mères avec leurs enfants dans une écrasante majorité (plus de 80 %). Elles sont parmi les plus impactées par le confinement qui accentue leur isolement. Avant le confinement, elles connaissaient déjà de nombreux freins pour recourir au congé parental. En effet, ce congé est moins accessible aux familles monoparentales qu’aux couples à deux revenus pouvant se permettre une perte financière, même légère. Les ménages monoparentaux, dont un certain nombre sont proches de la pauvreté, ainsi que les parents précaires, souffrent déjà durement de la réduction de leurs revenus due à la crise sanitaire. Dans le même temps, les stratégies d’économie (aller au marché, faire manger les enfants à la cantine, guetter les promotions, recourir aux colis…) ne leur sont plus accessibles, et toute la famille est présente à domicile, consommant d’autant plus en nourriture, gaz et électricité.

Les mères d’enfants porteurs de handicap, qui vivent parfois l’arrêt de l’accès au soin, les femmes dans les métiers essentiels (infirmières, aides-soignantes, caissières…) qui ont des enfants et n’auraient pas la possibilité de recourir à ce potentiel congé, ont besoin d’une série d’autres mesures qui pourraient faciliter leur quotidien de parent. Notamment des facilités d’accès aux services de base (courses, garde d’enfants, aides à domicile, à condition que les travailleuses de ces secteurs soient correctement protégées…) et des protections spécifiques pour ne pas contracter le virus.

Un congé parental spécial risque aussi de ne concerner que les parents à l’emploi. Pourtant, les parents sans emploi, en formation, intérimaires, sont aussi durement impactés.

Les femmes sans papiers, plus souvent accompagnées d’enfants que les hommes, sont également les grandes oubliées de cette crise. Elles perdent leurs revenus ou continuent d’être exploitées sans protection face au virus. La Belgique pourrait s’inspirer de ce qui se passe au Portugal par exemple, qui régularise temporairement les sans-papiers. On pourrait aussi, en complément d’un congé parental, opter pour des mesures qui soulagent les conséquences financières du confinement sur les foyers, comme à Lisbonne, qui suspend le paiement des loyers dans les HLM.

3. Qui contrôle le marché du travail ?

Sans mesure coercitive vis-à-vis des entreprises et autres employeurs/euses, le congé parental spécial ne serait qu’une option pour la/le travailleur/euse et non pas une obligation pour les entreprises, qui peuvent encore faire pression pour la présence au travail (ou au télétravail…), la pose ou le report de congés, etc. Dans ce cas, cette mesure sous-estimerait largement les rapports de force dans le monde du travail et les inégalités entre les travailleurs/euses, soumis·es à d’autant plus de pressions qu’elles/ils sont dans des statuts ou emplois précaires. Et parmi les précaires sur le marché du travail, il y a énormément de femmes.

Alors que nous savons déjà, selon des témoignages que nous avons reçus, que des employeurs/euses de secteurs non essentiels font pression, en l’absence de mesures gouvernementales fortes, pour continuer le travail, laissant les travailleurs/euses désemparé·es.

Concernant les dispositions de sécurité sur les lieux de travail, l’inspection du travail reçoit des plaintes alarmantes et les résultats des contrôles ne sont pas bons. Offrir plus de solutions, de possibilités, de (non) choix aux individus masquerait de plus en plus mal l’absence de mesures vis-à-vis d’entreprises qui continuent leur activité en ne garantissant pas la sécurité du personnel, que ce soit par poursuite du profit ou par peur, pour les petites structures, de ne pas survivre à cette crise… mais toujours dans un rapport de force défavorable aux travailleurs/euses. Plusieurs syndicats dénoncent déjà la poursuite d’activités sans mesures de protection dans divers secteurs essentiels ou non. Appliquer la règle du congé parental actuel, à savoir que l’employeur/euse est obligé·e de l’accepter, sera-t-il suffisant pour garantir les droits des travailleurs/euses dans cette période tendue ? Dans quelle mesure ne pourrait-on pas également attendre des employeurs/euses qu’elles/ils acceptent de diminuer leurs attentes à l’égard des travailleurs/euses en télétravail, en reconnaissance de leur contribution déterminante à la scolarisation des enfants  ?

Depuis le début de cette crise, nous sommes dans une injonction contradictoire : il faut arrêter toutes ses activités – pour se protéger et protéger les autres en restant chez soi –, sauf le travail. La concurrence est rude entre enjeux économiques et de santé publique.

La peur ou le refus de penser des solutions qui affrontent le système capitaliste et obligent à la solidarité, c’est déjà ce qui a grevé les moyens des services publics et des soins de santé.

La peur ou le refus de penser des solutions qui affrontent le système capitaliste et obligent à la solidarité, c’est déjà ce qui a grevé les moyens des services publics, des soins de santé et fait d’un virus une pandémie aux relents de crise humanitaire. Répondre à la difficulté de s’occuper de ses enfants et de (télé)travailler est urgent. Mais une mesure qui ne prend pas en compte les inégalités entre parents risque d’en soulager certain·es, tout en faisant peser une nouvelle inégalité sur les autres. Par ailleurs, une mesure unique, même bénéfique, ne saurait rencontrer chacune de ces situations. Pourtant, il semble déjà tentant, pour les responsables politiques, d’adopter cette mesure phare comme solution unique, sans considérer les autres besoins et les oublié·es de la crise.

Share Button