Écoféminisme, un champ à défricher

L’écoféminisme est à la mode. Des articles et des livres sont écrits à son sujet, des sorcières se rassemblent aux manifestations… Mais au-delà de son image tendance, qu’est-ce que l’écoféminisme ? Quels sont les différents courants qui le traversent ? Que peut-il nous apprendre sur les réalités quotidiennes des femmes ? Plongée dans un mouvement pluriel.

© Amélie Fenain pour axelle magazine

L’écoféminisme est un concept qui lie l’écologie et le féminisme et qui serait né dans les années 1970. À cette période, en Inde, apparaît le mouvement « Chipko » contre la déforestation. Les femmes utilisent une stratégie non-violente : elles entourent les arbres de leurs bras pour empêcher qu’ils ne soient abattus. Au début toutefois, ces femmes ne se définissent pas comme écoféministes. Sophie Hustinx, écoféministe et travailleuse dans des plannings familiaux, explique : « Le mot « écoféminisme » aurait été utilisé pour la première fois en 1974 dans le livre Le féminisme ou la mort, de la Française Françoise d’Eaubonne. Elle fait le constat qu’il existe de nombreuses similitudes entre l’exploitation, la destruction de la nature et la domination que subissent les femmes. »

Il existe de nombreuses similitudes entre l’exploitation, la destruction de la nature et la domination que subissent les femmes.

Claudine Drion, chargée de missions au sein de l’asbl féministe Le Monde selon les femmes, précise : « C’est la base commune entre tous les écoféminismes, cette analogie entre la domination des humains sur la nature et celle des hommes sur les femmes. » Pour Sophie Hustinx, l’écoféminisme l’a aussi « fait réfléchir aux logiques de domination raciale, à la manière dont nous avons exploité les terres indigènes, décimé leurs occupants, considérés eux aussi comme hérétiques [comme les centaines de milliers de femmes ayant péri sur le bûcher pendant les « chasses aux sorcières », ndlr], et imposé une seule vision du monde. »

« Nous n’avons pas accepté l’empoisonnement des océans »

Une décennie plus tard, des milliers de femmes sont rassemblées à Arlington, aux États-Unis, pour la Women’s Pentagon Action. Elles manifestent contre les guerres, la nucléarisation de leur pays et la destruction de la planète. « Parmi elles se trouvait Starhawk, sorcière californienne, qui va mettre en mots « cette magie qui rassemble » dans son livre Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique. C’est fascinant de se demander ce qui se passe pour que, à ce moment-là, des femmes reconnaissent leurs peurs et leur tristesse communes et décident de se relier entre elles par des actions collectives… », sourit Sophie Hustinx.

• Relire :  Starhawk et les nouvelles sorcières

Starhawk, éco-féministe américaine, mobilise les activistes dans le monde entier, notamment grâce à ses « rituels ». © Camille Wernaers

Au même moment, en Angleterre, le plus grand campement écoféministe se rassemble à Greenham Common, contre l’installation de missiles nucléaires sur une base de la Royal Air Force. « J’y ai participé sans le savoir car, dans ma colocation belge, nous avons hébergé des femmes qui s’y rendaient, se souvient Claudine Drion. Certaines avaient noté sur leur carte d’identité :  « Profession : Sorcière ». Nous étions dans les années 80, en pleine guerre froide ! Ce n’était pas très bien vu de s’en revendiquer au milieu d’une autre chasse aux sorcières [une chasse aux communistes, soupçonné·es d’être des espion·nes de l’Union soviétique, ndlr]. Le camp est d’abord mixte, puis un camp uniquement féminin se crée, dans lequel un grand nombre de lesbiennes radicales sont actives. Le camp va durer 19 ans. Celles qui l’ont occupé disent qu’il s’y passait une chose que l’on peut aussi retrouver dans les ZAD actuelles, les zones à défendre, comme celle de Notre-Dame-des-Landes en France. On y expérimente la vie que l’on voudrait vivre dans le reste de la société si on arrivait à y apporter les changements voulus. On y vit l’utopie. »

Dans les années 90, le mouvement semble s’essouffler mais il retrouve un nouvel écho dans les manifestations pour le climat de ces dernières années, comme l’analyse le recueil Faire partie du monde. Réflexions écoféministes. Les Canadiennes et coordinatrices du recueil, la philosophe Marie-Anne Casselot et l’éditrice Valérie Lefebvre-Faucher, écrivent : « Nous n’avons pas accepté l’empoisonnement des océans. La fonte des glaciers. La disparition des espèces. Le développement rageur qui consomme les gens et le territoire avec l’énergie du désespoir. Les guerres pour les ressources. La criminalisation des populations résistantes. La financiarisation de la fin du monde. Nous gardons les yeux ouverts sur les injustices, les catastrophes, et n’abdiquons pas. Nous sommes nombreuses à lutter sur le front de la justice sociale et sur celui de l’environnement, avec la conviction que ces combats sont liés. Féministes parce que les valeurs capitalistes et patriarcales de domination continuent de maintenir les conditions de destruction de la planète ; écologistes notamment pour des raisons de justice. »

« Traverser l’obscur », féminister la lutte

Des constats durs qui sont pourtant essentiels. Pour Sophie Hustinx, « Starhawk le dit dans son livre, il faut « traverser l’obscur », accepter de voir toutes ces réalités en face pour les déconstruire et ne pas les reproduire. On peut créer un autre monde, mais il faut d’abord prendre le temps de descendre en nous-mêmes. C’est un processus très douloureux : on se rend compte qu’on fait partie de ce système, qu’on a grandi dedans. Je ne me suis pas retrouvée dans le féminisme classique, qui était très dur, pour moi. J’avais besoin d’un climat bienveillant que j’ai découvert dans l’écoféminisme. »

« Faire partie du monde. Réflexions écoféministes », un recueil où l’on rencontre des femmes, surtout canadiennes, engagées aujourd’hui contre la destruction du monde. Éditions du remue-ménage 2019.

Marie-Anne Casselot et Valérie Lefebvre-Faucher identifient cette attention à prendre soin des autres quand on milite comme l’une des caractéristiques de l’écoféminisme, tout en critiquant son aspect genré dans un monde écologiste encore très masculin. « Combien de burn-outs, combien d’agressions, combien de désertions, de scissions et de projets avortés faudra-t-il encore pour que le militantisme écolo accepte de se débarrasser de ses fantasmes de coureurs des bois et de colons virils ? Pour qu’il comprenne que son antiféminisme ralentit les mouvements et bloque les alliances ? […] Il serait si reposant que ce fardeau du soin soit plus justement réparti pendant que nous marchons. Partager le souci, penser tous ensemble à des stratégies de relais, d’appuis, d’équilibre, au lieu de laisser le care aux femmes individuellement. Faire de la politique avec les enfants, cultiver le monde, bloquer les destructions en marche, en accueillant les contributions de chacun·e, même les plus faibles, les plus lentes ; au lieu de transformer les militant·es en soldat·es traumatisé·es. »

Et en Belgique ?

Face aux habituels experts masculins et blancs qui envahissent les plateaux de télévision pour parler des luttes écologiques, les écoféministes ont leurs propres penseuses : l’Américaine Starhawk, l’Indienne Vandana Shiva, la Française Françoise d’Eaubonne… Et en Belgique ? « Il n’y a pas eu de grand moment écoféministe dans notre pays, mais il y a des femmes qui s’y intéressent. La philosophe Isabelle Stengers, qui a préfacé la réédition du livre de Starhawk, la sociologue Benedikte Zitouni, Aline Wauters, qui fait des camps dans la nature avec des femmes, ou encore la politicienne Groen, Magda Aelvoet, qui a gagné son procès en collaboration avec Vandana Shiva contre une entreprise américaine qui voulait breveter le vivant », indique Claudine Drion. Sophie Hustinx précise : « On s’est créé un réseau souterrain comme les racines d’un arbre. Il y a plein de petites initiatives – les écoféministes se fichent de passer à la télé ! Nous avons plutôt créé des lieux où nous pouvons nous reconnecter à nous-mêmes. Je pense notamment à Teufs de Meufs à Charleroi, où on peut aller danser en non-mixité. On se crée nos propres rituels. » Pour elle, les réseaux sociaux sont « magiques » : « Grâce à eux, je peux me sentir proche d’une Iranienne ou d’une Indienne qui peuvent me dire directement comment je peux les soutenir dans leurs luttes. Je n’ai pas à parler à leur place. On se rend compte qu’on n’est pas seules, que l’écoféminisme concerne tout le monde. »

• Relire : Rencontre avec Mona Chollet : qui sont les sorcières d’aujourd’hui ?

En Belgique, certaines militantes se retrouvent dans le groupe Facebook « Les so.u.rcières pour le climat ». Elles se donnent rendez-vous pour les manifestations et créent des actions collectives, parfois appelées « rituels ». Sophie Hustinx se définit d’ailleurs comme une sorcière. « Alors qu’à la base, j’ai étudié le droit ! Je pense qu’il est important de renouer avec l’histoire de la chasse aux sorcières, et ce qu’elle dit sur ce que les femmes vivent encore aujourd’hui. Il est important de lier cette histoire à la naissance du capitalisme, qui a coupé le lien entre la nature et les gens. Ces féminicides ont servi à créer la peur dans les villages, à casser les solidarités… »

CC matheuslotero

Un mouvement pluriel

C’est peut-être la plus grosse différence entre les courants écoféministes (voir encadré ci-dessous) : d’un côté, l’écoféminisme « rationnel » et de l’autre, le « spirituel ». « Je me retrouve moins dans la partie spirituelle, faire des rituels, etc., même si je peux comprendre que certaines femmes en ont besoin », explique Claudine Drion.

« Reclaim », une anthologie de textes écoféministes présentés par la philosophe Émilie Hache, aux éditions Cambourakis, collection Sorcières, 2016. On découvre les textes des principales figures historiques du mouvement écoféministe.

Sophie Hustinx, quant à elle, souhaite sortir de la rationalisation : « Pour moi, demander à une écoféministe de donner un cours d’université, c’est comme essayer de faire entrer un rond dans un carré. Beaucoup de choses se passent au niveau du ressenti. On devrait arrêter d’utiliser le savoir technico-scientifique qui a été créé par des penseurs hommes pour des hommes. » Claudine Drion conclut : « Les écoféministes s’additionnent, s’apportent des choses les unes aux autres. Les enjeux écologiques et féministes sont trop importants pour qu’elles perdent du temps à s’opposer. » De fait, toutes les deux balaient les critiques « d’essentialisme » d’un revers de la main. Sophie Hustinx s’agace : « Qu’est-ce que ces critiques nous disent ? Qu’il ne faut pas dire que les femmes sont biologiquement plus proches de la nature, uniquement parce qu’elles sont des femmes ? Mais l’écoféminisme ne dit pas ça. Il dit que les femmes sont sociabilisées à prendre soin, à réparer, et qu’elles sont à même de comprendre les dominations qui s’exercent sur la nature parce qu’elles les vivent aussi. On retrouve d’ailleurs beaucoup de femmes dans les manifestations pour le climat. On ne veut pas renforcer les liens entre les femmes et la nature, on veut renforcer les liens entre tout le monde et la nature ! » Claudine Drion réagit : « C’est pour ça que, dans une société sexiste, il faut faire attention à ne pas reporter le coût de la transition écologique sur les femmes, comme avec le « zéro déchet » par exemple, avec la croyance que si chacun fait dans son coin, ça va changer le monde. C’est faux ! C’est ce que le capitalisme souhaite, nous pousser à tout faire individuellement, même la rébellion. »

L’écoféminisme en 5 courants

Claudine Drion, chargée de mission au sein de l’asbl féministe Le Monde selon les femmes, a identifié cinq catégories d’écoféminisme.

1. L’écoféminisme philosophique, initié par la Française Françoise d’Eaubonne, interroge la binarité de notre manière de penser et demande une nouvelle rationalité, plus respectueuse du vivant.

2. L’écoféminisme militant radical va du pacifisme au mouvement antinucléaire en passant par les luttes antispécistes (qui mettent en question la domination de l’espèce humaine sur les autres espèces).

3. L’écoféminisme matérialiste complète la critique marxiste du capitalisme, en incluant les rapports de domination Nord-Sud, les dominations des anciennes colonies par l’Occident. Cet écoféminisme analyse aussi l’oppression des femmes d’un point de vue économique. C’est le courant de l’Indienne Vandana Shiva et de l’Américaine Silvia Federici, autrice de Caliban et la Sorcière.

4. L’écoféminisme spirituel, dont se revendique l’Américaine Starhawk, qui travaille sur la réappropriation de leurs propres corps par les femmes en retirant ces connaissances du domaine religieux ou médical. L’asbl belge Corps Écrits en fait aussi partie.

5. L’écoféminisme utopiste et prospectiviste pour lequel il est surtout important de tracer les contours d’un futur viable et désirable. Le Monde selon les femmes s’inscrit dans ce courant.

Share Button