Les femmes en couple hétéro, heureuses sous le socialisme ?

Par N°244 / p. 18-20 • Janvier-février 2022 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Dans un livre très accessible et nourri de références et d’expériences personnelles, Kristen Ghodsee, professeure d’études russes et est-européennes à l’université de Pennsylvanie, aux États-Unis, développe Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme. Un titre provocateur à comprendre surtout comme “pourquoi elles sont plus indépendantes” que dans l’économie capitaliste.

Janvier 1973. Ilona Pätzold (à gauche) et Eva-Maria Droben, de l'usine Steppke à Görlitz, confectionnent des vêtements pour un orchestre. © Archives fédérales allemandes

Les expériences de certains pays d’Europe de l’Est semblent indiquer que les relations sexuelles étaient bel et bien différentes en régime socialiste, en grande partie grâce aux mesures mises en place pour promouvoir l’indépendance économique des femmes. Même si ces politiques n’ont jamais été menées à terme et qu’elles étaient souvent motivées par les impératifs du développement, le résultat est net : les femmes étaient moins dépendantes des hommes et donc plus en mesure de quitter des relations insatisfaisantes que leurs homologues de l’Ouest. En outre, les États socialistes ont, à divers degrés, promu l’idée selon laquelle le sexe devait être dissocié de l’échange économique.”

Éditions Lux 2020, 288 p., 20 eur.

Ce passage pourrait résumer l’ouvrage de Kristen Ghodsee, traduit en français en octobre 2020. Il est paru aux États-Unis en 2018 à la suite de son article “Why Women Had Better Sex Under Socialism” publié dans le New York Times, ayant suscité des réactions enflammées dans une Amérique trumpiste et “anticommuniste” primaire. Un titre très aguicheur que l’autrice elle-même n’avait pas choisi ; elle s’est dite “choquée” de le découvrir, comme elle le raconte à la féministe française Rebecca Amsellem dans un passionnant entretien pour Les Glorieuses. Et un sous-titre, “Plaidoyer pour une indépendance économique”, ajouté par l’autrice pour l’essai publié par la suite, malheureusement sucré en couverture de la traduction française. Dommage… parce qu’il s’agit d’un message phare de cet ouvrage.

Il y a de l’amour dans l’Est

Kristen Ghodsee nous emmène dans plusieurs régimes socialistes d’Europe de l’Est (pas de mention de Cuba ou de la Chine, donc), dans lesquels “l’émancipation des femmes faisait partie intégrante de l’idéologie […]. Même si d’importantes différences existaient entre les pays [entre les époques aussi, ajouterions-nous, ndlr] et même si aucun d’entre eux n’est parvenu à réaliser pleinement l’égalité”, précise l’autrice, sans passer sous silence les aspects moins flatteurs de ces républiques : l’absence de préoccupation et les discriminations envers les homosexuel·les et les personnes au genre “non conforme”, l’avortement pensé uniquement comme régulation des naissances, les politiques natalistes, le rationnement des produits hygiéniques, le tabou autour des violences sexuelles, et la double journée des femmes.

La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (4.00€)