« Être un bon allié, c’est un processus, pas un état »

On les appelle généralement « alliés ». Ces hommes s’engagent aux côtés des féministes pour combattre le sexisme. Ils ont entamé une prise de conscience, effectuent un travail réflexif pour questionner et déconstruire leurs masculinité et privilèges. Pas sans inconfort, en trébuchant aussi, sous le regard peu réceptif des autres hommes mais avec un objectif : un monde égalitaire.

© Diane Delafontaine, pour axelle magazine

La transformation nécessaire de la société ne se fera pas sans les hommes, l’autre moitié de la population. Et dans toute lutte, des allié·es sont nécessaires. Mais comme pour le travail domestique, les femmes n’ont pas besoin « de l’aide » des hommes mais bien qu’ils fassent leur part du boulot. Attention, sans voler leur place ni leur parole.
Georges (prénom d’emprunt), 33 ans, est l’un de ces alliés. Soutien logistique lors de la grève des femmes du 8 mars dernier, il a également assuré plusieurs garderies pendant les actions de préparation organisées tout au long de l’année par le Collecti.e.f 8 maars. « C’est ma relation avec une féministe qui m’a amené à avoir une réflexion pro-féministe. Je n’y suis pas allé de moi-même. C’est en prenant conscience de la lutte féministe que je me suis dit qu’il existait des endroits où l’on peut s’investir en tant qu’homme pour soutenir une lutte à laquelle je crois aujourd’hui mais dont je n’avais aucune notion il y a quelques années. »

Cette prise de conscience récente, depuis deux ou trois ans, est un cheminement. « Je peux avoir des attitudes de soutien mais ça n’empêche pas que dans mon couple et mon quotidien, j’ai toujours des attitudes oppressives. Être un bon allié, c’est un processus, pas un état. C’est un travail. C’est parce que je crois profondément à la lutte féministe et au fait qu’il y a des inégalités et des oppressions à corriger, que je mène ces actions. Je sais que j’en suis responsable en même temps. »  Même réflexion pour Alex, 27 ans, qui travaille au Monde selon les femmes : « Ce n’est pas parce que je travaille dans une association féministe que je suis complètement déconstruit. Il faut déconstruire ses privilèges tout le temps. C’est un processus, pas un acquis. »

Ne pas prendre toute la place

La place des hommes dans les mouvements féministes est une question délicate et la non-mixité garde bien sûr tout son sens. Les groupes mixtes, même si les hommes y sont très minoritaires, ne sont pas à l’abri de la reproduction des rapports de pouvoir en faveur des hommes. Un point d’attention pour Yoan, 30 ans, bénévole au Poisson sans bicyclette, café culturel féministe à Schaerbeek. « En tant que privilégié, je n’ai pas envie de parler pour quelqu’un. Je n’ai pas envie de faire du mansplaining ou d’expliquer aux autres les oppressions qu’iels [pronom personnel servant à désigner des personnes qui ne s’inscrivent pas dans un genre défini, ou dont le genre n’est pas connu, NDLR] subissent. Tu ne peux pas arriver dans une association féministe et anti-capitaliste en étant persuadé de tout savoir sur tout. Au sein du Poisson, ma place est d’être un complice et d’écouter. »

C’est difficile de cesser de prétendre qu’on a toujours raison. De la boucler, d’écouter et d’ accepter les remarques car on nous a éduqués à avoir un ego de dominant.

Ne pas prendre toute la place, ne pas interrompre, ne pas dénigrer les femmes… Des changements ou tentatives que ces hommes conscientisés citent d’emblée, ainsi que leurs échecs. « C’est difficile, explique Georges, de cesser de prétendre qu’on a toujours raison. De la boucler, d’écouter et d’accepter les remarques car on nous a éduqués à avoir un ego de dominant.  […] Et puis, accepter de se faire remettre à sa place. Bien sûr, jamais je ne l’accepte ! [rires] Mon premier réflexe, c’est dire : « Non, ce n’est pas vrai, vous m’avez mal compris, ce n’est pas systémique… » Personne ne veut réaliser qu’il est dominant. »

Parler aux autres hommes

Si ces hommes ont trouvé une place plus discrète auprès des féministes, c’est dans les groupes d’hommes qu’ils peuvent faire d’autant plus leur part du boulot. « Il y a tout un travail à faire auprès de nos amis, atteste Alex. Pour certains, c’est encore respectable de faire une blague sexiste et que tout le monde rigole. C’est là notre rôle en tant qu’allié, on doit désamorcer ces dynamiques-là. Ce qui n’est pas du tout simple. Il y a cette tension de se dire : « Si je ne rigole pas, qu’est-ce qu’on va penser ? Je ne serai plus légitime ». Il y a une peur de se désolidariser d’une dynamique malsaine et toxique entre hommes . »

© Diane Delafontaine

Même ressenti pour Georges. « Si je dis à mes potes : « Tu foires, il faut arrêter de faire des blagues comme ça, il faut arrêter de la traiter comme ça », on va me dire « Tu es chiant ! Tu veux une gommette ? »… C’est plus compliqué car on va rentrer en conflit. » Pourtant, ce travail d’hommes qui parlent à d’autres hommes est essentiel. « S’opposer aux oppresseurs, c’est plus facile en tant que mec car on va être plus pris au sérieux que les femmes. Je ne vais pas être dénigré comme elles », poursuit Georges.
Toutefois, les groupes d’hommes peuvent également être des leviers importants pour transformer la société. Yoan a participé à un atelier d’écriture qui avait pour but de construire une approche féministe des masculinités. Cet atelier, organisé en 2018 par Le Poisson sans bicyclette, a réuni une dizaine d’hommes, en majorité des trentenaires. Un recueil de textes, une expo photo et un outil pédagogique ont suivi. Se retrouver dans un tel contexte pouvait être déstabilisant. « C’était la première fois que j’étais avec autant d’hommes. J’y ai vu du positif et du négatif. Des hommes qui essayent de faire quelque chose et d’autres qui se flagellaient. Il y avait différentes étapes de déconstruction. C’était globalement terrifiant à chaque fois pour moi. Parce que j’ai beau travailler sur plein de choses, se défaire du regard des autres et de leur jugement, c’est quand même pas évident. » L’atelier a aussi permis à Yoan de prendre conscience de l’importance de lutter activement contre le modèle hégémonique de masculinité (voir encadré), pour ne pas rester dans une masculinité dite complice. « Le plus important, et je pense qu’on n’ira nulle part sans ça, c’est que les hommes, et je m’inclus évidemment dedans, arrivent à s’organiser et créer des ateliers sans que des femmes doivent être derrière eux pour les pousser au cul. »

Le spectre du masculinisme

Alex a également organisé un groupe de parole d’hommes au sein du Monde selon les femmes en 2018, un travail essentiel selon lui pour viser une société égalitaire. Il espère le relancer en 2020 et y insuffler une dimension d’action collective mixte aux côtés des mouvements féministes. Pour élaborer ces deux ateliers, des balises claires avaient été posées. « Tout un aller-retour avec mes collègues femmes. Ce qui a été dit, comment le débat a été ressenti. Le spectre masculiniste est toujours là et il faut bien gérer les discussions. »

Il n’y avait pas de place pour la victimisation. On ne dit pas que des hommes ne souffrent pas mais on ne voulait pas que ce soit la thématique principale et il fallait la replacer dans le contexte patriarcal.

Le Poisson sans bicyclette avait choisi de cadrer son projet en engageant des référent·es féministes, soutenu·es par un comité de pilotage. « On voulait centrer l’atelier sur la lutte contre les violences faites aux femmes et le sexisme, explique Amandine, bénévole au Poisson. Il n’y avait pas de place pour la victimisation. On ne dit pas que des hommes ne souffrent pas mais, on ne voulait pas que ce soit la thématique principale et il fallait la replacer dans le contexte patriarcal. Il s’agissait de travailler la question de comment les hommes peuvent être alliés des féministes. »  L’expérience a été positive grâce à une vigilance permanente mais parfois énergivore.
Des dérives sont en effet régulièrement constatées dans des groupes de parole d’hommes non-mixtes, même proches de féministes et/ou au départ de bonne volonté. La symétrisation des souffrances des hommes et des femmes est l’un des dangers, tout comme la relativisation ou le déni de la domination masculine. Certains groupes qui pointent une soi-disant crise de la masculinité n’ont pas pour but de déconstruire la masculinité mais bien de la renforcer et avec elle, au final, les inégalités de genre.
Autre dérive repérée : les hommes qui s’autoproclament un peu trop facilement féministes. Des auteurs qui écrivent sur le féminisme sans interroger leur propre position, des prédateurs sexuels masqués… « Si ça existe, les bons alliés, ce sont des alliés qui ne récupèrent pas la plus-value sociale de leur action de proféministe, fait remarquer Georges. […] Il faut se méfier des mecs profem. Parce qu’on se dit à quel point ils sont extraordinaires et ça donne parfois la légitimité à certains de vraiment faire les salauds. On reste des mecs, il ne faut pas oublier ça. »

« Écoutez les féministes ! »

© Émilie Tournevache

Francis Dupuis-Déri, professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal, est spécialiste des masculinismes et des antiféminismes. Son dernier ouvrage La crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace  alerte sur le danger des discours de la « crise de la masculinité », qui ont pour effet de susciter la pitié envers les hommes, de justifier les violences masculines contre les femmes et de discréditer le projet de l’égalité entre les sexes.
Il a livré à axelle quelques balises pour les hommes engagés dans un processus d’alliance avec les féministes.
Propos recueillis par Manon Legrand

Quels termes utilisez-vous pour qualifier les hommes engagés auprès des féministes  : alliés ? proféministes ? antipatriarcaux ?
« Je me dis « proféministe » car le féminisme est l’affaire des femmes. Les hommes peuvent être complices, mais nous continuons à tirer avantage du suprémacisme mâle. »

Quels conseils donneriez-vous aux hommes qui s’engagent dans ce processus ?
« Avant tout : écouter les féministes ! J’ai tout appris de mes conjointes et de théoriciennes féministes, comme Christine Delphy, puis d’afro-féministes comme bell hooks et Patricia Hill Collins, entre autres. Ma collaboration avec des universitaires féministes, en particulier la sociologue Mélissa Blais, spécialiste de l’antiféminisme, est essentielle dans ma démarche. On peut aussi s’informer grâce à une multitude de vidéos, podcasts et blogs féministes de toutes tendances. Il faut ensuite éviter de se prétendre spécialiste du féminisme et de faire la leçon aux féministes ou de les manipuler (par la drague, entre autres). Enfin, j’ai écrit un court texte consultable en ligne pour proposer aux hommes de procéder à un « disempowerment », soit une réduction volontaire de notre pouvoir et de nos privilèges face aux femmes. »

Comment éviter qu’un groupe de réflexion sur la masculinité prenne les contours d’un groupe masculiniste ?
« Évitons de nous lamenter au sujet de la « condition des hommes » et de blâmer nos mères et nos conjointes pour nos problèmes. Des hommes peuvent faire face à des problèmes sociaux, mais le plus souvent à cause d’autres hommes qui nous dominent et nous humilient dans les lieux de pouvoir ou dans nos rapports interpersonnels. Il faut lire aussi le nouveau livre de Martine Delvaux, Le boys club, pour saisir la problématique de l’entre-soi masculin. Enfin, j’ai participé au collectif Hommes contre le patriarcat, à Montréal. Nous répondions aux demandes de féministes. Malgré cela, nous jouissions d’un prestige démesuré pour des tâches banales effectuées lors d’événements féministes. Nous avons préféré nous dissoudre. Il n’y a pas de position proféministe qui ne soit paradoxale et problématique. Il faut attendre et accepter la critique et chercher à s’améliorer, avant notre prochaine erreur. »

Repères
  • Le concept de masculinité hégémonique a été développé par la sociologue australienne Raewyn Connell et définit le type de masculinité culturellement glorifié actuellement. La masculinité complice désigne les hommes qui ne correspondent pas à ce modèle idéalisé, une majorité, mais qui tirent profit de la subordination des femmes.
  • Masculinisme désigne aujourd’hui un ensemble de discours et d’actions militantes qui portent l’idée que les hommes souffrent d’une crise d’identité individuelle et collective, en raison de la domination sociale qu’exerceraient les féministes en particulier, et les femmes émancipées en général.

À lire aussi :

  • Alban Jacquemart, « L’engagement féministe des hommes, entre contestation et reproduction du genre », Cahiers du Genre, 2013/2 (n° 55).
  • Collectif Stop Masculinisme, Contre le masculinisme. Guide d’autodéfense intellectuelle, Bambule 2015.
Share Button