Portfolio : Femmes de foot

Par N°220 / p. 19-23 • Juin 2019 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

La Coupe du Monde de foot féminin, c’est en France, du 7 juin au 7 juillet. L’occasion, pour le Collectif Huma, qui regroupe des photographes et journalistes belges, de faire un tour du globe à la rencontre de femmes footballeuses, trop souvent invisibles. Le projet What The Foot, dont axelle est ravie de présenter des morceaux choisis, dévoile une pratique sportive aux antipodes des compétitions masculines traditionnelles où l’argent et la performance sont les moteurs. Le sport le plus populaire du monde peut aussi être un vecteur d’émancipation… Les femmes qui tapent le ballon ont tous les âges, tous les corps, toutes les couleurs de peau. Et deux points communs : les obstacles à franchir pour parvenir à leurs fins, et le plaisir du jeu.

Quand elle était enfant, ses professeur·es ne voulaient pas "prendre la responsabilité" de la laisser jouer au football dans la cour de récré. À 21 ans, l’Argentine Soledad Arena ne s’embarrasse plus d’interdits. Depuis deux ans, elle évolue et aime partager sa passion du freestyle partout où elle peut exercer son équilibre, dans une rue, un parc, un train, pourvu qu’elle s’y sente libre et heureuse. © Olivier Papegnies / Collectif Huma

Capables, elles aussi (Belgique / Argentine)

« Capacitisme » est un terme dont la joueuse Tine Debaets n’a jamais eu connaissance. Le « capacitisme » désigne le fait qu’au sein d’un groupe, certain·es seront plus ou moins valorisé·es car considéré·es comme « capables » ou non. La sœur de Tine a, quant à elle, bien saisi l’impact d’un tel système de valeurs sur l’émancipation des personnes invalides : « Ma sœur a eu beaucoup de crises d’épilepsie. C’était difficile pour nous de la laisser se mettre en danger sur un terrain de foot alors qu’elle avait déjà 30 ans ! D’autant que notre frère a eu une commotion cérébrale à cause de ce sport. » Seule la coach, Martine Vanrobaeys, nommera le « handicap », quasiment imperceptible. « Tine et ses 17 coéquipières souffrent de déficiences mentales, visuelles ou auditives, dit-elle. LE FC Gullegem est la seule équipe 100 % féminine qui joue au football avec ce type de trouble mental et physique en Belgique. Les autres jouent en équipe mixte. »

À l’âge de 40 ans, Tine est dotée d’un solide sens de l’humour. « Tu sais, j’ai eu une histoire avec le numéro 3 des Diables Rouges…, dit-elle. On a longtemps partagé le même numéro. » Collectionneuse de vannes – en anglais, en français ou en néerlandais –, Tine chante l’hymne national. Autour de la table, ses coéquipières lèvent le coude : l’équipe nationale masculine belge affronte la Suisse en Ligue des Nations.

© Olivier Papegnies / Collectif Huma

À 12.000 kilomètres de là, en Argentine, dix femmes jouent au cécifoot (voir photo). Au bord du terrain, un passant reste scotché : « C’est incroyable, je n’ai jamais vu ça ! » La vitesse de jeu, les corps qui se déplacent de façon agile et sans heurt : le spectacle a de quoi surprendre et laisse admiratif. Les joueuses signalent leur position par un « Voy » et savent où se trouve le ballon grâce au son des grelots qu’il contient. La pensée, difficilement contrôlable, traverse l’esprit : « Moi qui suis valide, je ne saurais pas faire ça. »

Laura, malvoyante et footballeuse depuis trois ans, confirme que c’est du boulot ! Et s’empresse de préciser que ce n’est pas si extraordinaire : « Ma vie n’est pas plus dure à cause du fait que je ne peux pas voir. Ce qui est difficile, ce sont certaines attitudes et des barrières physiques. Ce « tu n’es pas capable » qu’on entend à longueur de temps. » Hors du terrain, cette journaliste de formation travaille dans une association de défense des droits des personnes handicapées. Très investie dans le débat sur la légalisation de l’avortement, elle veille à ce que toutes les femmes puissent rester maîtresses de leurs choix.

Texte : Aurélie Moreau et Laure Derenne / Collectif Huma

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)