Rencontre avec Maboula Soumahoro : le racisme, un poids constant

Par N°230 / p. 22-24 • Juin 2020 | conectionconection Contenu complet (pdf)
reservé aux abonnées

Dans son essai autobiographique Le Triangle et l’Hexagone. Réflexions sur une identité noire, la chercheuse française Maboula Soumahoro, 44 ans, spécialiste de la diaspora africaine et maîtresse de conférences à l’Université de Tours, noue un dialogue entre ses travaux de recherche et son parcours de femme noire. Elle appelle à briser le tabou qui entoure la notion de race, condition indispensable selon elle pour mettre au jour le racisme enraciné dans la société française. Entretien.

© Patricia Kahn

Il y a dans votre ouvrage de nombreux allers-retours entre de grandes questions sociétales et votre propre vécu. Pourquoi était-ce important pour vous de mettre autant en avant votre expérience personnelle ?

« Si je m’intéresse aux processus de racialisation, à l’esclavage colonial et à l’identité noire, je ne peux pas uniquement m’appuyer sur des ouvrages, des analyses et des sources primaires ou secondaires. En tant que femme noire, je ne peux pas ne pas me poser la question de mon expérience personnelle, de mon ressenti.

Quand on parle du handicap, de l’orientation sexuelle ou d’autres déclinaisons identitaires, on peut disserter au sujet de ces catégories de personnes mais on peut aussi choisir d’explorer ce qu’elles ont à dire d’elles-mêmes. Si vous vous brûliez la main à cet instant, vous seriez dans une souffrance physique vis-à-vis de laquelle je pourrais avoir énormément d’empathie, mais je n’aurais pas aussi mal que vous. Ce serait donc à vous de parler de votre douleur, de la raconter. »

Vous êtes née et avez grandi en France. Vous expliquez dans votre livre à quel point vous y êtes incessamment ramenée à la question de vos origines. Et que ce n’est que quand vous êtes partie faire vos études aux États-Unis que vous avez commencé à vous sentir française…

Share Button
La suite de cet article est réservée aux abonné·es...
Déja abonné·e ?
Se connecter
Pas encore abonné·e ? Consultez les différentes formules !
S'abonner
Sans être abonné·e, vous pouvez également acheter (en version .pdf) l’exemplaire du magazine dont est issu cet article, afin de le lire entièrement et de découvrir d’autres contenus par la même occasion !
Acheter ce N° (2.50€)