« Schild & Vrienden » : un groupe extrémiste, réactionnaire et misogyne

Rarement un reportage télévisé aura fait autant de vagues. Le 5 septembre, la télévision publique flamande VRT diffusait une émission consacrée au groupe « Schild & Vrienden » qui a provoqué un véritable séisme en Flandre. Une caractéristique de ce groupe extrémiste reste cependant peu évoquée : sa misogynie.

Capture d'écran

« Schild & Vrienden » sera diffusé ce mercredi 12 septembre à 20h25 dans l’émission Questions à la Une de la RTBF.

Cela commence par le compte-rendu d’une action montée par un groupe de jeunes gens propres sur eux, bien coiffés, bien habillés, sabotant avec une efficacité redoutable une manifestation en faveur d’une Europe ouverte aux migrant·es. Leur leader, Dries Van Langenhove, tête de « gendre idéal », distribue les consignes, modère parfois certaines ardeurs, explique calmement ses positions à Tim Verheyden, journaliste qui le suivra, avec son accord, durant plusieurs semaines. Visiblement, Dries Van Langenhove veut donner l’image d’un groupe aux convictions bien arrêtées (et même arrêtées au Moyen-Âge, aurait-on envie d’ajouter), défenseur d’une « identité européenne » ou plus précisément flamande, avec ses « valeurs » traditionnelles. Le leader n’hésite pas à s’afficher avec fierté aux côtés du Premier ministre hongrois Viktor Orban, connu pour ses positions réactionnaires.

Capture d’écran

On voit ensuite ces jeunes gens – pas une femme à l’horizon – courir dans la campagne pour entretenir la forme physique, autre « valeur » de première importance. Tous sont vêtus d’un t-shirt bleu avec un chiffre dans le dos : 1302. Il ne s’agit pas du numéro de leur joueur de foot préféré, mais d’un rappel de la bataille des Éperons d’Or au cours de laquelle les milices communales de Flandre ont battu l’armée du roi de France près de Courtrai. Deux mois auparavant, le 18 mai 1302, les artisans de Bruges s’étaient soulevés contre la garnison française, allant de maison en maison pour tuer les soldats dans leur lit. Cet événement est connu sous le nom de « Matines de Bruges ». Pour distinguer les Français, les insurgés les obligeaient à répéter les termes « schild en vriend » (« bouclier et ami »), imprononçables de manière correcte pour un étranger… Et voilà d’où vient le nom du groupe « Schild & Vrienden » de Dries Van Langenhove et le « 1302 » dans le dos de ses camarades .

Inventaire de la haine

Le journaliste Tim Verheyden ne s’est pas contenté de filmer ce qu’on voulait bien lui montrer. Il a réussi à avoir accès aux discussions du « groupe fermé » de S&V. Et là, le ton change radicalement. Nous avons décidé de ne pas reproduire les images, à la fois pour épargner les sensibilités et pour éviter de contribuer à leur diffusion. Mais nous allons vous en décrire quelques-unes, qui donnent une idée de l’idéologie de ces jeunes gens.

Outre des montages photographiques en l’honneur de Hitler, les membres de S&V s’essaient à « l’humour ». On n’hésite pas à se moquer de la mort de la petite Mawda. Ou de présenter cette « montre juive » dont le cadran représente un compteur à gaz. Ou ce dessin où l’on voit un homme à vélo poursuivant, fusil à la main, un enfant noir, avec pour légende « Que faire quand du charbon s’échappe du barbecue ? » Un autre dessin représente une réunion d’hommes, genre conseil d’administration, avec une femme qui proteste parce qu’elle voudrait qu’on la prenne au sérieux… Sur le dessin suivant, elle est effectivement « prise », nous vous laissons imaginer comment. Ou encore, alliance de sexisme et de racisme, ce dessin demandant « Comment réagir lorsqu’on assiste au harcèlement d’une femme voilée ? » Réponse : en « s’offrant » sexuellement au harceleur en guise de récompense…

Le leader Dries Van Langenhove veut donner l’image d’un groupe aux convictions bien arrêtées, défenseur d’une « identité européenne » ou plus précisément flamande, avec ses « valeurs » traditionnelles.

À côté de ces images, il y a aussi du texte, comme cette « explication » de la « production de populations noires » : les hommes hétéros blancs se faisant rares, les femmes se tournent vers les Noirs… et tout ça c’est la faute des mouvements LGBT. C’est vrai, ça, l’homophobie manquait dans ce triste inventaire de la haine…

On voit aussi certains des « charmants garçons » poser à côté d’armes, ou dans des exercices de tir.

« Le jour de la violence viendra »

Confronté aux images, Dries Van Langenhove joue la surprise, affirmant que ce ne sont que montages et manipulations, sans rapport avec son groupe. Tim Verheyden lui montre alors des commentaires signés « Dries », avec sa photo : imperturbable, le jeune homme prétend que son profil a été « volé » par quelqu’un d’autre, qu’il n’a rien à voir là-dedans. Il prétend donc que cet appel inquiétant n’est pas de lui : « Le jour de la violence viendra. Je sais quel côté sera préparé et lequel ne le sera pas. »

Capture d’écran

Le journaliste avance pourtant des preuves qui montrent que le « Dries » du groupe secret est bien le « Dries » qu’il est en train d’interviewer. Ce même « Dries » qui a réussi à se faire élire comme représentant étudiant au conseil d’administration de l’Université de Gand (dont il a été exclu suite à la diffusion du reportage) et à placer quatre représentants (sur huit au total !) au Conseil de la Jeunesse flamande. Les liens entre le groupe et la N-VA, et notamment Theo Francken, sont également soulignés.

Mépris des femmes

Il y a cependant un aspect qui n’est qu’effleuré dans le reportage : c’est le profond mépris envers les femmes. On l’a vu dans certains dessins cités plus haut, on le voit dans un des statuts du groupe secret, la grossophobie en plus : « Si en tant que jeune femme tu es en surpoids, tu te mets en dehors de la société. Nous n’exigeons pas grand-chose des femmes : être une bonne mère, prendre soin de soi et avoir une bonne apparence. Des exigences plus élevées sont imposées aux hommes, avec raison, c’est seulement ainsi qu’on avance. »

Et même si l’on quitte les « conversations secrètes » pour la réalité, on apprend que des étudiantes qui ont organisé une grève à l’occasion du 8 mars 2018 à l’Université de Gand s’étaient plaintes d’avoir été harcelées par des membres de ce groupe.

S&V ne se cache pas de défendre la « famille traditionnelle » qui serait menacée, par la gauche, la « théorie du genre » et les mouvements LGBT. Dries Van Langenhove a d’ailleurs été invité récemment dans l’excellente émission politique Terzake pour expliquer que les personnes transgenres étaient « contre nature »…

Si une certaine droite dure prétend « défendre les femmes » (comme prétexte pour mieux s’en prendre aux « étrangers » qui ne partageraient pas « nos valeurs »), il ne faut pas sous-estimer les relations entre extrême droite et misogynie. « La femme » doit être respectée, oui, mais en tant que mère, épouse, « gardienne du foyer », comme l’illustre un autre dessin de S&V : on y voit Cendrillon avec en légende : « Une femme qui a compris où est sa place ». Cendrillon n’est pas en train de danser, mais bien de nettoyer la maison.

Schild & Vrienden ne se cache pas de défendre la « famille traditionnelle » qui serait menacée, par la gauche, la « théorie du genre » et les mouvements LGBT.

Mais il ne faut pas non plus dédouaner la gauche de ses responsabilités, comme l’expliquait dans axelle la sociologue Natacha Chetcuti-Osorovitz à propos de la Manif pour Tous : « On peut aussi penser que le fait d’avoir laissé tomber les questions d’égalité sociale a fait que pour beaucoup, les « valeurs » (réactionnaires) sont devenues le seul socle auquel s’accrocher. »

Plus de 20.000 fans

Et maintenant ? Dries Van Langenhove a été exclu de l’Université de Gand, mais celle de Louvain se dit prête à l’accueillir, pour lui donner une « seconde chance ». Bart De Wever a promis de « nettoyer » la N-VA de ses éléments les plus extrémistes, mais Theo Francken a décidé de garder sur sa liste pour les communales un membre de S&V, qu’il dit « bien connaître personnellement ».

Finalement, la N-VA semble avoir fixé sa réponse officielle : « Pas de chasse aux sorcières ». Francken l’a expliqué vendredi, Liesbeth Homans l’a répété dimanche. Le choix a donc été fait de ne pas se couper de ses électeurs et électrices les plus à droite…

Dès le lendemain de la diffusion du reportage, plusieurs centaines de Gantois·es ont manifesté contre ce groupuscule. Mais en même temps, la page Facebook de S&V est passée en quelques jours de 14.000 à plus de 23.000 fans, avec des commentaires comme « Je ne vous connaissais pas, bravo, continuez ! » La diffusion du reportage en français devrait susciter de nouvelles réactions. Nous ne serons jamais assez vigilant·es.

Share Button