Difficultés accrues pour les mamans solos au temps du confinement

Par N°228 / p. WEB • Avril 2020

En Belgique, à la tête des familles monoparentales, les mères sont majoritaires. Elles sont pour l’instant confinées seules avec leurs enfants. axelle a discuté avec trois d’entre elles.

CC Laterjay Photography Pixabay

Derrière l’expression neutre « familles monoparentales » se cache une grande majorité de femmes : 80 % des familles monoparentales sont en fait gérées par des mamans seules. Pour contrer les effets de la crise du coronavirus, certaines initiatives ont pourtant invisibilisé les femmes. La Ligue des familles a par exemple lancé une pétition demandant un « congé spécifique » pour les parents d’enfants de moins de 12 ans ou ayant des besoins particuliers, sans faire mention des mères qui sont encore largement en charge des enfants. La photo qui illustre la pétition montre d’ailleurs un père seul avec son enfant.

• À lire / Congé parental exceptionnel pour parents confinés : mais qui gardera les enfants ?

« Cela fait 11 ans que je suis seule en charge de mon fils. En ce moment, je suis bloquée avec lui, nous sommes tout le temps rien qu’à deux. Cela ne change pas tellement du quotidien de beaucoup de mamans solos qui sont déjà confinées avec leurs enfants en temps normal », confie Amande Acacia. « C’est vrai qu’il y a des moments où j’aimerais me retrouver seule, par exemple pour réfléchir à comment finir le mois. Je suis artiste, dans une situation précaire et tous les événements auxquels je devais participer ont été annulés avec le coronavirus. J’ai moins de bulles d’oxygène, de moments où je peux me retrouver pour pouvoir ensuite apporter des choses à mon enfant », explique-t-elle.

La culpabilité des mamans

Agata* témoigne quant à elle de la difficulté de télétravailler avec une enfant de bientôt trois ans. « Je ne suis pas malade et pas en mauvaise santé, c’est une situation privilégiée, mais je culpabilise beaucoup. Pour pouvoir vous parler en ce moment même, ma petite fille est devant un dessin animé. J’ai l’impression de la rendre bête en faisant cela, mais je n’ai pas le choix, on est maman tout le temps, il n’y a pas de pause. » La fillette l’interrompt depuis le canapé : « Maman, tu me déranges quand tu parles. » Agata rit dans le combiné. « À son âge, elle me sollicite très souvent, poursuit-elle. Elle ne peut pas s’occuper seule, nous sommes dans un petit studio, on est tout le temps ensemble. J’aurais aimé que les mamans solos puissent faire appel aux garderies dans les écoles. Je comprends bien que les enfants du personnel soignant sont prioritaires, mais c’est difficile de travailler de chez moi dans ces conditions. Mon travail en pâtit. Je fais le minimum syndical, je réponds aux mails urgents, et c’est tout. Je me remets aussi à travailler quand elle dort le soir, de 20 à 23 heures. »

Je constate une drôle de tendance sur les réseaux sociaux à vouloir faire plein d’activités avec les enfants, etc. Cela pousse les mamans à culpabiliser. On a le droit de ne rien faire.

Avant que le confinement ne soit complet, Amande Acacia a proposé des activités pour occuper les enfants des autres mamans. Des dessins réalisés par les enfants ont été envoyés aux hôpitaux et dans les maisons de repos. « Avec mon fils, nous avons une page sur les réseaux sociaux et nous postons des idées d’activités à faire, comme préparer son propre pain. Je vis sous le seuil de pauvreté depuis des années et je veux dire que ce n’est pas un luxe de s’octroyer ces moments avec son enfant. Ce n’est pas une activité de bourgeoise. En tant que femmes, nous sommes jugées en permanence sur ce que nous faisons et sur ce que nous ne faisons pas. Je constate aussi une drôle de tendance sur les réseaux sociaux à vouloir faire plein d’activités avec les enfants, etc. Cela pousse les mamans à culpabiliser. On a le droit de ne rien faire », souligne-t-elle. Agata confirme : « Je vois passer toutes ces activités à faire durant le confinement mais ce n’est pas facile. J’essaie de réaliser un maximum de choses que l’on peut faire avec une enfant de trois ans. »

« Nous sommes mamans, pas professeures »

Éléonore* est la maman de deux garçons plus grands, un préadolescent et un adolescent. « Je suis dans une situation très privilégiée, je suis fonctionnaire. Cela a mis 8 ans pour me remettre à flot en tant que maman célibataire. Nous avons deux chambres et nous sommes trois, donc j’ai commencé par travailler comme quand j’étais étudiante, sur mon lit dans ma chambre. (Rires) Ensuite, j’ai pu m’aménager une table de travail. J’ai la chance qu’ils n’ont pas de problèmes à l’école, j’ai juste dû les former à l’informatique pour pouvoir suivre les cours en ligne. Nous avons un ordinateur et une tablette, ils échangent de temps en temps. Il faut dire que mon plus grand, qui est en quatrième secondaire, reçoit énormément de travail de la part de ses professeurs qui ne se concertent pas entre les matières. »

Nous avons deux chambres et nous sommes trois, donc j’ai commencé par travailler comme quand j’étais étudiante, sur mon lit dans ma chambre.

L’école à la maison est également complexe pour Amande Acacia qui vit dans un village de 400 habitant·es en Région wallonne. Elle précise : « Nous sommes mamans, pas professeures. Je n’ai pas d’ordinateur et pas de wifi. Pour se connecter au système, la 4G ne fonctionne pas. Au début, nous recevions des feuilles de l’école mais ce n’est plus le cas. J’ai fait le choix de ne pas avoir d’ordinateur mais beaucoup de personnes ne peuvent pas le payer, c’est très violent, cela te renvoie à ta précarité. J’ai une formation de professeure, il faut un certain calme pour pouvoir expliquer des choses et faire les devoirs. Avec mon fils, nous ne revoyons que les matières dans lesquelles il a des difficultés. Je refuse de faire autre chose durant le confinement. J’ai parlé avec d’autres mamans qui ont des difficultés à ce niveau. »

Pour Éléonore, c’est aussi l’éducation égalitaire de ses fils qui en prend un coup : « On ne peut plus aller ensemble dans les magasins, du coup j’y vais seule. C’est dommage parce que j’essaie de leur apprendre à s’investir dans les tâches de la maison, pour aller faire les courses, etc. »

Parmi les mamans solos qui connaissent un confinement difficile, figurent les mères d’enfants en situation de handicap. « Les nuits sont courtes et les journées sont longues. Aujourd’hui, et c’est une bonne journée, j’ai déjà fait deux chutes de tension à cause de la fatigue », explique aux Grenades-RTBF Virginie, qui s’occupe seule de son fils autiste sévère.

Solidaires

Agata et Éléonore font partie du groupe Des Mères Veilleuses, un collectif qui rassemble, depuis novembre 2015, les mères célibataires. « Le groupe permet une entraide entre les mères solos, leur permet de vider leur sac, d’échanger des infos utiles… On essaie dans la mesure du possible de répondre aux demandes, qui sont de plusieurs types : parfois, nous sommes contactées pour faire des courses, d’autres fois pour une écoute psychologique. On échange les numéros », explique Fatma Karali, l’une des créatrices du groupe.

Le groupe Des Mères Veilleuses permet une entraide entre les mères solos, leur permet de vider leur sac, d’échanger des infos utiles…

« Cela m’aide beaucoup, même hors confinement. Cela me permet de me décharger, de recevoir une écoute et des conseils. J’ai au moins toujours ce contact virtuel sur lequel compter », indique Agata.

Éléonore développe : « Avant le confinement, je faisais du baby-sitting pour certaines mamans du groupe, je donnais un coup de pouce moral aussi. Plusieurs d’entre elles ont des soucis avec les papas qui ne comprennent pas qu’il faut emmener les enfants chez les médecins, assurer le suivi des devoirs ou qu’il faut faire d’autres activités avec eux que jouer aux jeux vidéo. Quand le couple se sépare, les papas veulent rester les chefs d’une histoire qui est finie. Et la loi et la Justice ne sont pas du côté des mamans. Cela est aussi le cas avec le confinement, les mamans s’inquiètent des papas qui ne respectent pas les mesures, qui continuent à faire des fêtes en famille, par exemple. »

• À lire / Nathalie, mère célibataire : « C’est un combat permanent »

Les gardes alternées plus compliquées

Le 6 avril dernier, Anne-Sophie Schluchter était interrogée par la RTBF. Dans un système de garde alternée, le père de ses enfants refusait de les lui rendre. « Je travaille en hôpital psychiatrique et il estime que je suis en contact avec des personnes ou des collègues qui peuvent avoir le Covid. Par conséquent, c’est dangereux de me confier les enfants », explique-t-elle dans le reportage. La maman se rend au commissariat de La Louvière, où les policiers refusent de prendre sa plainte. Elle a dû mobiliser son avocate et se tourner vers la Justice. « Je suis dévastée de ne pas pouvoir voir mes enfants. C’est une période difficile. On est tous sous pression. Notre présence de soignant est indispensable auprès des patients. Cela rajoute une pression supplémentaire lorsque l’on rentre chez soi et qu’on est privée de ses enfants », conclut-elle au micro de la chaîne. « Ces femmes sont des survivantes, je n’ai pas d’autres mots », réagit Fatma Karali.

Je suis dévastée de ne pas pouvoir voir mes enfants. C’est une période difficile. On est tous sous pression.

La période de confinement peut renforcer, entre les ex-conjoint·es, les tensions et difficultés liées à la garde alternée. Dans un précédent article d’axelle sur les conséquences du coronavirus et du confinement sur les femmes, Nathalie témoignait à propos de la garde alternée : « Je n’ai pas mes trois enfants pour l’instant, il s’agit d’une garde partagée. Quand je ne les ai pas, je suis sans nouvelles d’eux pendant deux semaines. J’ai envoyé un sms au père pour avoir de leurs nouvelles, il refuse de m’en donner. Quand j’ai exigé qu’il m’en donne sinon je porterais plainte, il m’a juste répondu de ne pas oublier mon masque et mes gants, car il sait bien qu’il est inutile de se déplacer pour ça dans un commissariat, ni même de téléphoner. D’ailleurs, je dirais quoi ? « Le père de mes enfants ne veut pas me confirmer que mes enfants vont bien ? » Ils ont d’autres chats à fouetter en ce moment. »

D’autres mamans ont également témoigné des difficultés à avoir des nouvelles quand les enfants sont chez le papa.

Des mesures concernant les pensions alimentaires ?

L’association Vie Féminine a remis une note aux différents cabinets le 27 mars dernier avec des mesures d’urgence. Sur base de cette note, l’asbl a obtenu que des mesures sur la monoparentalité soient à l’ordre du jour du groupe de travail de la Conférence interministérielle sur les droits des femmes qui a lieu ce vendredi 17 avril.

Hafida Bachir, secrétaire politique de Vie Féminine, détaille en primeur ce qu’elle va demander au groupe de travail : « Les pensions alimentaires impayées restent un problème majeur pour les femmes, majoritaires parmi les familles monoparentales et nombreuses à frôler ou vivre la pauvreté. L’absence ou la baisse de revenus tant chez la créancière que chez le débiteur va rendre encore plus compliqué le paiement des pensions alimentaires. Il est dès lors urgent de permettre l’accès aux avances sur pensions alimentaires du Service des créances alimentaires (SECAL) sans condition de revenus. »

Un autre point relatif à la monoparentalité souligné par Vie Féminine concerne les dettes. « Lorsque l’ex-conjoint s’est rendu insolvable, de nombreuses femmes avec enfants se retrouvent seules à devoir rembourser des dettes contractées pendant la vie commune, précise Hafida Bachir. En l’absence ou baisse de revenus due à l’arrêt de l’activité économique liée au Covid-19, Vie Féminine demande l’annulation de ces dettes. »

 • À lire / Coronavirus et confinement : Vie Féminine appelle à des mesures urgentes pour les droits des femmes

L’après-confinement, vecteur de changement ?

Si cette crise rend visibles les plus vulnérables de notre société, il reste encore à réfléchir à l’après-confinement. « J’ai envie de rappeler à toutes ces femmes qu’elles ne sont pas seules. Il est vraiment important de faire des ponts entre nous et on commence à le faire, c’est merveilleux. On est très isolées d’habitude, il faut que cela cesse. Je sais déjà que je ne retrouverai pas du travail de sitôt dans mon domaine, il n’y aura pas d’emploi culturel dans ma région et je vais être tenue par le chômage de trouver rapidement du travail. Je vais devoir faire du travail alimentaire », soutient Amande Acacia, la maman artiste.

Les mères interrogées nous l’affirment toutes : la situation du confinement apporte des difficultés supplémentaires, mais change peu, au final, de leur quotidien habituel, souvent précaire. Toutefois, elles ne doivent pas être oubliées des politiques, ni aujourd’hui ni lorsque la crise sera passée, sous peine de voir leur situation s’aggraver.

*Les prénoms ont été modifiés.

Share Button