l'astrophysicienne

Yaël Nazé
Propos recueillis par Stéphanie Dambroise
© Yaël Naze

C’est l’astrophysicienne Yaël Nazé qui inaugure notre série, les pieds sur terre et la tête dans les étoiles…

pouce
1.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme actuellement ?

« Difficile de choisir, il y a tant de choses enthousiasmantes dans l’Univers ! Bon, sur une note légère, je dis bravo à Nafi Thiam pour sa performance aux JO de Rio ! Et puis merci aux réalisateurs hollywoodiens d’avoir pensé « cosmiquement » ces derniers temps – Interstellar, Seul sur Mars, etc. : on a été gâté. Sinon, j’ai lu récemment (et apprécié) le livre Les deux vitesses de la pensée de l’économiste Kahneman – et bien sûr je n’ai pas raté les dernières bandes dessinées d’Andreas, qui ne manque jamais d’étonner… Enfin, côté scientifique, impossible de ne pas souligner la découverte des ondes gravitationnelles. Et puis, côté perso, il y a les sourires de ma fille, dont je ne me lasse pas ! »

pouce
2.

Quelque chose à pointer du doigt dans votre métier ?

« Si on sort du politiquement correct, on pourrait pointer le peu de soutien pour la diffusion des sciences (mais je suppose que c’est pareil en art). C’est vraiment dommage, d’autant plus que les enfants de 7 à 77 ans ne demandent qu’à avoir du « grain à moudre » pour le cerveau. En ces temps olympiques, il faudrait rappeler qu’on accepte facilement que les sportifs aient un entraînement exigeant, alors que pour les disciplines intellectuelles, le besoin d’excellence passe mal. »

pouce
3.

Un moment d’indignation : envers qui, envers quoi ?

« Je dirais un certain retour vers l’hostilité à l’encontre des femmes qui sont poussées à retourner au foyer. L’intégrisme religieux — quelle que soit la religion — ou la montée de l’extrême droite ne prédisent rien de bon pour le statut des femmes. On a même des exemples « démocratiques », comme en Espagne où le droit à l’avortement est mis à mal… Bref, c’est dommage d’assister au retour de ce genre de choses ! Entre nous, la pression sur les femmes, ça commence tôt, avec la vague des jouets roses ou bleus… C’est une calamité ! Ma fille avait déjà des idées bien arrêtées sur ce que les filles peuvent faire ou pas après avoir été chez la gardienne ou à l’école ! Et je ne vous parle pas de cette « merveilleuse » pub pour du lait pour bébé, avec le gamin qui devient ingénieur ou pro de l’escalade quand la fille devient danseuse !

Je m’indigne aussi contre l’obscurantisme, le rejet de l’esprit critique. Même sur les télés publiques, ça cause maison hantée et autres sujets du même tonneau… Par contre, essayez de trouver un programme qui affûte l’esprit, ça, bonne chance ! En plus, des choses qui ont été démontées depuis des lustres reviennent en force et sans la moindre critique. C’est quand même dingue ! Bientôt le retour des saignées et de la Terre plate ? Ne rigolez pas, un tiers des Européens et la moitié des Américains considèrent la Terre au centre du Système solaire. Aux États-Unis, un rappeur a fait fureur il y a quelques mois en prétendant que la Terre était plate… Et je ne parle même pas de la théorie de l’évolution. Là, c’est encore pire ! »

pouce
4.

Avec qui, avec quoi vous sentez-vous en lien ?

« Pourquoi pas un endroit ? Dans ce cas, je choisis la Bretagne. J’adore le coin… Vous me mettez au bord d’une falaise bretonne, à marée montante, et c’est le bonheur. Même en pleine tempête ! »

pouce
5.

Qu’est-ce qui titille votre curiosité ?

« Le monde ! Arrêtez-vous un instant et contemplez… Le monde est extraordinaire, avec des paysages (célestes ou terrestres) de toute beauté, et des plantes ou animaux surprenants… Comment s’empêcher de vouloir en savoir plus ? Voyez aussi les créations humaines : que dire d’une cathédrale gothique ou d’un bâtiment de l’architecte Frank Gehry, d’un poème de Baudelaire ou d’un opéra de Mozart ? (Évidemment, les exemples sont biaisés, ce sont les miens, mais on peut facilement choisir les siens et remplacer !) Bref, tout cela devrait vous bouleverser, vous titiller… Et on pense souvent que la science empêche de s’extasier ! Mais je dirais plutôt le contraire : quand on voit les découvertes, et qu’on comprend leur contenu, on trouve tout cela encore plus beau et, forcément, on veut en apprendre davantage. »

Image of Yaël Nazé

© Luc Gilson

Astrophysicienne FNRS à l’Université de Liège, Yaël Nazé étudie les étoiles très massives, c’est-à-dire celles qui atteignent plusieurs dizaines de fois la masse de notre propre étoile, le Soleil. En plus de ses travaux scientifiques et de l’enseignement, Yaël Nazé consacre une bonne partie de son temps à la diffusion des sciences : animations, conférences, publications (articles et livres)… Autant d’activités de vulgarisation qui lui ont valu plusieurs prix. Son dernier ouvrage Art et astronomie est paru aux éditions Omniscience. Le site «Un univers de perles» vous propose de réaliser des bijoux pour mieux comprendre l’astronomie !
Son site : www.astro.ulg.ac.be/~naze

Share Button