La militante féministe et autrice

Irène Kaufer
Propos recueillis par Stéphanie Dambroise
© Florence Gérard

En prévision des 25 ans de notre magazine, nous souhaitions mettre en avant une féministe inspirante, certes, mais aussi une personnalité qui entretient un lien fort avec axelle depuis de nombreuses années… Sans aucune hésitation, notre choix s’est porté sur Irène Kaufer qui a aussitôt accepté notre demande et nous a répondu le 24 octobre, avec plusieurs semaines d’avance. Aujourd’hui, c’est avec fierté et la gorge nouée que nous partageons anticipativement cette interview, alors qu’Irène s’en est allée ce 5 novembre. Les paroles qu’elle nous laisse, si justes, si percutantes, continueront à nourrir nos combats pour une société plus égalitaire…

pouce
1.

Qu’est-ce qui vous enthousiasme actuellement ?

Dans le monde qui nous entoure, il est sans doute difficile de s’enthousiasmer. Pourtant, en regardant bien, sans tomber dans l’optimisme béat, on peut distinguer des frémissements, toutes sortes de formes de résistance. Les mobilisations des jeunes pour le climat. Ou d’autres qui refusent ou lâchent des postes bien payés, mais qui n’ont aucun sens à leurs yeux, ou leur paraissent carrément nocifs. Les gens qui viennent en aide aux migrant·es, les hébergent, les nourrissent, les traitent comme des humain·es et pas comme des chiffres ou des menaces.
Et puis bien sûr, pour la vieille féministe que je suis, la façon dont le mouvement #MeToo continue à ronger la société jusqu’à la racine. Certain·es ont commencé par n’y voir qu’une action d’actrices riches et célèbres, mais depuis on a pu faire le constat de sa diffusion dans d’autres pays, d’autres milieux, culturels, politiques, sportifs… jusque dans le secret des familles. Les langues se délient, mais surtout les oreilles se débouchent, parfois contraintes et forcées. Plus profondément encore, les questions féministes sont davantage prises au sérieux par les médias, y compris traditionnels, même s’il reste encore beaucoup à faire. Les féminismes eux-mêmes semblent en plein renouvellement, avec la montée de l’écoféminisme, les questions autour de l’intersectionnalité… même si cela crée aussi de nouvelles tensions.

pouce
2.

Quelque chose à pointer du doigt dans votre métier ?

Je suis à la retraite depuis bientôt huit ans et bien sûr, ma vie professionnelle comme militante a été traversée par mon engagement féministe, notamment par ma longue collaboration avec axelle.
Mais il y a une lutte dont je garde une grande fierté, en tant que syndicaliste dans une grande entreprise de commerce culturel. Il existait un système qui se voulait “objectif” de critères pour déterminer les salaires et leur évolution, mis en place par une société de consultance privée grassement rémunérée, et approuvé à l’époque autant par les syndicats que par l’Institut pour l’Égalité des Femmes et des Hommes. Et ô surprise ! Avec ce système “objectif”, les postes les moins bien rémunérés étaient justement ceux occupés très majoritairement par des femmes (les caissières) ou des jeunes d’origine immigrée (les magasiniers). Plutôt que de crier au sexisme et au racisme, nous avons réussi à mettre en place un système qui permettait la même évolution salariale pour l’ensemble du personnel (hors cadres qui ont des salaires individualisés et semblent s’en satisfaire). Le système a été démoli par une nouvelle direction, mais ce fut vraiment pour moi un combat exemplaire.

pouce
3.

Un moment d’indignation : envers qui, envers quoi ?

Tous les matins ou presque sur Facebook, je m’amuse à lancer des piques, plus ou moins acérées, après avoir écouté les infos, les analyses et les interviews sur la RTBF. Il y en a qui pensent que ma vie “doit être triste” de râler comme ça de grand matin, mais moi, ça me met en forme pour le petit-déjeuner. Il y a bien sûr de quoi s’indigner de l’état du monde, des inégalités croissantes, de l’arrogance des dominant·es qui se croient tout permis, des grandes opérations de “charité” qui servent surtout à déresponsabiliser les pouvoirs publics…
Mais mon domaine à moi, c’est le langage, la façon dont tous ces sujets sont présentés, le tapis rouge déroulé aux un·es et la patinoire piégée qu’on glisse à d’autres, les questions qui ne sont pas posées, les termes employés. Parce que je crois que la langue façonne nos façons de penser, et de là nos comportements. Par exemple, parler de “charges” plutôt que de cotisations sociales suggère immédiatement qu’il est essentiel de les baisser. Mettre en avant le “mérite” sans jamais remettre en question l’héritage (matériel comme culturel) individualise et culpabilise les pauvres, les exclu·es. Ou dire d’une femme qu’elle “s’est fait violer” suggère qu’elle a plus ou moins participé à son viol. Tout cela peut être voulu ou inconscient, mais je traque ces petits détails qui finissent par (dé)former les esprits.

pouce
4.

Avec qui, avec quoi vous sentez-vous en lien ?

C’est une question qui prend pour moi un sens particulier en ce moment, au-delà de mes engagements qui sont aussi des liens.
Entre les ravages de la Shoah qui a exterminé une grande partie de ma famille, les désaccords politiques profonds avec une autre partie, mes engagements mais aussi mes relations amoureuses avec des femmes, il se fait que mes “liens familiaux” sont très distendus. Ma “famille” à moi est une famille construite, sans liens de “sang” (une expression que je trouve d’ailleurs affreuse, qui justifie beaucoup de sang versé, celui des “autres”). C’est d’ailleurs assez fréquent chez les LGBT+, encore trop souvent rejeté·es par leur famille biologique. La revue Déferlante a publié un dossier passionnant sur le sujet.
Il se fait que ces derniers mois, rattrapée par la maladie et une dépendance dont je n’avais pas l’habitude, j’ai pu réévaluer ce qu’était cette “famille construite”, qui m’entoure, m’aide, prend soin de moi, sans aucune obligation, par choix, par affection, pour tout ce qui nous rapproche et aussi, j’espère, par ce que je peux encore apporter à chacun·e. Ce qui ne fait que renforcer ma préférence pour les “liens choisis” plutôt que des liens biologiques qui semblent si “naturels”.

pouce
5.

Qu’est-ce qui titille votre curiosité ?

Tout ! Pêle-mêle et dans le désordre : des livres que j’accumule, des luttes que j’essaie de suivre, même si c’est à distance, la vie parfois pleine de surprises et de cahots de mes ami·es, la fin des séries où j’en suis encore à la saison 1, les championnats de foot (hommes et femmes), les questions autour de la non-binarité ou celles du handicap, l’actualité politique, belge comme internationale…
Je pense que la vie s’arrête quand on n’a plus de curiosité. Et c’est ce que je trouve de plus insupportable dans la mort. Je veux bien ne plus être là, ne plus participer, si je pouvais seulement, comme une petite souris, continuer à observer le monde, suivre la vie de mes proches et quelquefois même leur tendre la main… Ne pas connaître la suite de l’histoire me paraît horriblement frustrant.

Image of Irène Kaufer

Main d’Irène Kaufer © Florence Gérard

Irène Kaufer est une compagne de route d’axelle, militante féministe de longue date, syndicaliste, commentatrice affûtée de notre société, autrice. Elle est aussi la fille de survivant·es de la Shoah. De cette tragédie intime et collective, des silences de ses parents, de l’ombre d’une demi-sœur assassinée en 1942, est né son roman  Dibbouks, sorti en avril 2021 aux éditions de l’Antilope. Un texte qui met les maux en mots, grâce au pouvoir proprement magique de la fiction et au bouclier de l’humour et de l’autodérision.

Sur le bout des doigts...

Image of Odile Flament
L'éditrice

Odile Flament

Image of Veerle Rots
L’archéologue et préhistorienne

Veerle Rots

Image of Zofia Wislocka
La cheffe d'orchestre

Zofia Wislocka

Image of Veronika Mabardi
L'autrice

Veronika Mabardi

Image of Pauline Claes
La mezzo-soprano

Pauline Claes

Image of Alix Garin
L'autrice de BD et illustratrice

Alix Garin

Image of Apolline Vranken
L’architecte et militante féministe

Apolline Vranken

Image of Marie-Paule Kumps
La comédienne, autrice et metteuse en scène

Marie-Paule Kumps

Image of Bernadette Bonnier
La directrice du service de la Culture de la Province de Namur

Bernadette Bonnier

Image of Adeline Dieudonné
L'autrice et comédienne

Adeline Dieudonné

Image of Rokia Bamba
La DJ et artiviste

Rokia Bamba

Image of Vinciane Debaille
La chercheuse et géologue

Vinciane Debaille

Image of Victoire de Changy
L'écrivaine

Victoire de Changy

Image of Madame La Belge
L'artiste urbaine et illustratrice

Madame La Belge

Image of Licaï Pourtois
La championne de ju-jitsu

Licaï Pourtois

Image of Pascale Seys
La philosophe

Pascale Seys

Image of Cathy Min Jung
La directrice du Rideau de Bruxelles

Cathy Min Jung

Image of Élodie Antoine
L’artiste plasticienne

Élodie Antoine

Image of Geneviève Damas
La comédienne, metteuse en scène et auteure

Geneviève Damas

Image of Claire Deville
La danseuse et écrivaine

Claire Deville

Image of Christine Mahy
La secrétaire générale et politique du RWLP

Christine Mahy

Image of Christine Frison
La chercheuse

Christine Frison

Image of Gaëlle Swann
La batteuse

Gaëlle Swann

Image of Lola Mansour
La judokate

Lola Mansour

Image of Lisette Lombé
La slameuse

Lisette Lombé

Image of Céline Delbecq
La comédienne, autrice et metteuse en scène

Céline Delbecq

Image of Caroline Lamarche
L'écrivaine

Caroline Lamarche

Image of Ariane Dierickx
La directrice de l'asbl L'Ilot

Ariane Dierickx

Image of Anne Laudisoit
La biologiste et exploratrice

Anne Laudisoit

Image of Elyse Galiano
La plasticienne

Elyse Galiano

Image of Safia Kessas
La journaliste et réalisatrice

Safia Kessas

Image of Olivia Venet
La juriste et présidente de la Ligue des droits de l'Homme

Olivia Venet

Image of Isabelle Pousseur
La metteuse en scène et directrice artistique

Isabelle Pousseur

Image of Farah
L'humoriste

Farah

Image of Anaële et Delphine Hermans
Les bédéastes

Anaële et Delphine Hermans

Image of Cynthia Bolingo
L'athlète

Cynthia Bolingo

Image of Catherine de Braekeleer
La directrice du Centre de la Gravure

Catherine de Braekeleer

Image of Laurence Rosier
La linguiste et auteure

Laurence Rosier

Image of Malika Madi
L'écrivaine

Malika Madi

Image of Caroline De Mulder
L'écrivaine et universitaire

Caroline De Mulder

Image of Bénédicte Liénard
La réalisatrice

Bénédicte Liénard

Image of Juliette Bossé
La chanteuse, auteure et compositrice

Juliette Bossé

Image of Anne Leloup
L'artiste et éditrice

Anne Leloup

Image of Vinciane Despret
La philosophe

Vinciane Despret

Image of Myriam Leroy
La journaliste

Myriam Leroy

Image of Sara Conti
L'artiste

Sara Conti

Image of Jeanne Ashbé
L’auteure et illustratrice

Jeanne Ashbé

Image of Pauline Beugnies
La photographe

Pauline Beugnies

Image of Cloé du Trèfle
La chanteuse

Cloé du Trèfle

Image of Yaël Nazé
l'astrophysicienne

Yaël Nazé